Passées À venir

112 : Les télécoms doivent communiquer la localisation des appelants aux services d'urgence

La justice européenne a tranché : les personnes qui appelleront le 112 avec un téléphone portable, même sans carte SIM, verront désormais leur localisation transmise.
Sommaire

Le 5 septembre 2019, la justice européenne a ordonné que les informations de localisation des appels émis vers le 112 soient transmises gratuitement aux services d’urgence, même s’il s’agit d’un téléphone sans carte SIM.

112 : Les télécoms doivent communiquer la localisation des appelants aux services d'urgence


Les pays de l’UE ne sont pas sur le même pied d’égalité

Les parents ont tendance à donner leurs vieux téléphones à leurs enfants. Il y a quelques années, le 112 était accessible, même sans carte SIM. Cela avait engendré un afflux d’appels « accidentels » vers les services de secours, occasionnant une perte de temps pour le service, mais également des risques de passer à côté de situations d’urgence réelles et graves.

Aujourd’hui, 8 pays de l’Union européenne ne donnent plus accès au 112 sans carte SIM selon l’EENA (European Emergency Number Association). La France en fait partie, notamment à cause des appels inopportuns passés depuis de vieux téléphones par des enfants.

Une décision dans l’optique de sauver des vies

En 2013, une jeune fille de 17 ans avait été kidnappée en Lituanie. Elle avait émis plusieurs dizaines d’appels d’urgence depuis son téléphone, mais il avait été impossible de la localiser.

Pourtant, d’après une directive européenne datant de 2002, les télécoms sont dans l’obligation de fournir gratuitement les informations de localisation aux services d’urgence du 112.

Suite à cet événement, la CJUE (Cour de justice de l’Union européenne) a donc décidé que les informations de localisation des appels émis au 112 soient gratuitement transmises aux services d’urgence par les opérateurs concernés, que le téléphone fonctionne avec une carte SIM ou non.