Passées À venir

30e journée mondiale de lutte contre le sida samedi 1er décembre 2018

Le samedi 1er décembre 2018 aura lieu la 30e Journée mondiale de lutte contre le SIDA. L’occasion de rappeler l’importance du dépistage, ainsi que les différentes méthodes pour le réaliser. Qu’en est-il ?
Sommaire

La 30e journée mondiale de lutte contre le SIDA, dont le slogan est « Connais ton statut », aura lieu ce samedi 1er décembre 2018. Il s’agit d’une invitation pour chacun à aller effectuer un test de dépistage, car on estime qu’environ 24 000 personnes sont actuellement porteuses du virus sans le savoir. Ces dernières ne bénéficient donc pas du traitement dont elles ont besoin, puis peuvent par ailleurs le transmettre facilement. Un point dans cet article.

30e journée mondiale de lutte contre le sida samedi 1er décembre 2018


Le nombre de nouvelles contaminations ne diminue pas

Chaque année en France, ce sont environ 6 000 nouveaux cas de séropositivité qui sont diagnostiqués. La population la plus touchée est la communauté homosexuelle masculine. Les hommes ayant des rapports avec d’autres hommes constituent 43 % des personnes infectées par le VIH. Les personnes hétérosexuelles nées à l’étranger représentent la deuxième catégorie de population la plus touchée (39 %).

Un autre chiffre préoccupant, 27 % des personnes infectées par le virus le découvrent à un stade déjà avancé alors qu’il est beaucoup mieux traité lorsqu’on le diagnostique de façon précoce. D’où l’importance d’effectuer régulièrement un dépistage, et de « connaître son statut » par rapport à la maladie.

À quelle fréquence doit-on effectuer un dépistage du VIH ?

La fréquence à laquelle réaliser un test de dépistage diffère selon la catégorie de population.

Pour la « population générale », il est conseillé de faire ce test au moins 1 fois au cours de sa vie, entre 15 et 70 ans, et chaque fois que l’on considère que l’on a pu avoir un rapport à risque.

Les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes sont quant à eux invités à faire ce dépistage tous les 3 mois.

Puis pour les usagers de drogues par injection et les personnes venues de pays où le virus est très répandu dans la population (Afrique subsaharienne ou Caraïbes par exemple), il est recommandé d’effectuer un test de dépistage 1 fois par an.

Plusieurs méthodes de dépistage

Le dépistage du VIH peut être effectué au moyen d’une prise de sang à réaliser dans un laboratoire d’analyses. Celle-ci peut vous être prescrite par un médecin, et dans ce cas vous serez remboursé à 100 % par l’Assurance Maladie. Autrement, vous pouvez demander à effectuer ce test en vous rendant directement dans un laboratoire, sans passer par un médecin. Mais dans ce cas, vous ne serez pas remboursé. Un centre de dépistage anonyme et gratuit peut également réaliser cette prise de sang.

Il existe également des tests appelés « TROD » (Test Rapide d’Orientation Biologique), qui contiennent une substance réactive au virus du VIH. Une simple goutte de sang ou un échantillon de salive permet d’avoir une première réponse rapide. Ce test peut s’effectuer dans un centre de PMI (Protection maternelle et infantile) ou un planning familial, un centre de dépistage anonyme et gratuit ou aussi auprès de certaines associations de lutte contre le Sida.

Des autotests, similaires au « trod », sont vendus en pharmacie. Vous pouvez les réaliser vous-même en prélevant une goutte de sang au bout de votre doigt ou un peu de salive. Ces tests ne sont pas remboursés et coutent environ 28 €.

La meilleure méthode de protection contre le VIH reste le préservatif, dont certains pourront désormais être remboursés par la sécurité sociale à partir du 10 décembre 2018.