Passées À venir

Bonne nouvelle pour la planète : la pêche électrique a été interdite par le Parlement européen

Contre toute attente, la pêche électrique a été interdite par le Parlement européen le mardi 16 janvier 2018. Une victoire importante qui va finalement dans le sens de la préservation de la biodiversité et de la protection de l’environnement. Le point sur ce vote et ses conséquences.
Sommaire

À la surprise générale, ce mardi 16 janvier, le Parlement européen vient de voter l’interdiction de la pêche électrique. Ce mode de pêche décrié par les associations écologistes, les ONG, les associations de pêcheurs, et même les restaurateurs, devait être partiellement autorisé en Europe. Pourquoi ce retournement de situation ?

Bonne nouvelle pour la planète : la pêche électrique a été interdite par le Parlement européen


Un vote surprenant et largement soutenu au Parlement européen

En 2007, une dérogation avait été accordée aux pays membres de l’UE qui leur permettait d’électrifier 5 % de leurs chalutiers et autorisait la pêche électrique dans le sud de la mer du Nord. Cette décision avait été prise à l’époque en se fondant sur un rapport du Comité Scientifique et Économique de la pêche (CSTEP) qui préconisait soi-disant l’usage de l’électricité pour optimiser les pratiques de pêche. De ce fait, un vote en faveur de la pêche électrique était attendu. L’énorme travail de communication de certaines ONG et la forte mobilisation des professionnels de la pêche, des associations de protection de l’environnement, des restaurateurs et de tout un tas d’acteurs inquiets des conséquences catastrophiques de ce mode de pêche sur la biodiversité, a permis l’interdiction totale de la pêche électrique à 402 votes pour. (232 votes contre et 40 abstentions).

L’association Bloom a notamment retrouvé et rendu public le fameux rapport du CSTEP (qui en fait ne recommandait pas du tout l’usage d’électrodes pour pêcher en pleine mer et émettait plutôt des réserves).

Une « belle victoire » pour les océans

Yannick Jadot, député EELV et fervent partisan de l’interdiction de la pêche électrique a exprimé sa joie dans un communiqué et a déclaré : « C’est une très belle victoire contre une pêche terriblement néfaste, une véritable arme de prédation massive » tandis que notre ministre de la transition écologique et solidaire a commenté sur Twitter : « La France souhaite que les pratiques de pêche européennes restent un modèle de référence respectueux des ressources naturelles & environnement. Nous saluons le vote du Parlement européen en faveur de l’interdiction de la pêche électrique, pratique dangereuse pour la biodiversité ».

Les défenseurs de l’écologie marine restent inquiets

Le responsable de la politique de la pêche pour l’association Seas at Risk, Björn Stockhausen, tient à préciser que « le Parlement européen a affaibli les mesures qui permettent la protection des mers européennes depuis des décennies ». En effet, il n’existe plus à ce jour de quotas pour limiter la prise des poissons qui ne sont pas encore arrivés à maturité, le problème étant que si les poissons sont pêchés trop jeunes, ils n’ont pas le temps de se reproduire et les stocks marins n’ont pas le temps de se renouveler. Toujours selon Björn Stockhausen, « ce sera à des groupes régionaux d’États membres de déterminer et d’appliquer de telles recommandations régionales, si tant est que de telles mesures de réduction de prises soient décidées ».