Passées À venir

Cannabis récréatif : l'Assemblée nationale demande l'avis des citoyens

Non, vous n’avez pas mal lu l’intitulé. L’Assemblée nationale a bien lancé une consultation citoyenne concernant la réglementation et l’usage du cannabis récréatif. Tous les Français peuvent y participer du 13 janvier au 28 février 2021.
Sommaire

Le cannabis récréatif doit-il être autorisé ? Vous pouvez dès à présent donner votre avis sur le sujet grâce à la consultation citoyenne ouverte sur le site de l’Assemblée nationale. Pour l’heure, la consommation, la possession et la vente de cannabis sont interdites en France et punies par la loi. Quels sont les objectifs d’une telle consultation ?

Cannabis récréatif : l’Assemblée nationale demande l’avis des citoyens

Un questionnaire à remplir

La consultation citoyenne initiée par la mission d’information commune sur la réglementation et l’impact des différents usages du cannabis prend la forme d’un questionnaire en ligne. Elle est ouverte à l’ensemble des citoyens et organisations volontaires. Pour participer, vous devez tout d’abord renseigner quelques informations personnelles dont le genre, l’âge, la catégorie socio-professionnelle et le département de résidence.

Ensuite, des questions vous seront posées sur le dispositif actuel de répression du cannabis, la législation et une éventuelle dépénalisation ou durcissement. Parmi elles, vous retrouverez notamment :

  • « Pensez-vous que le dispositif actuel de répression de la consommation de cannabis permet d’en limiter l’ampleur ? »
  • « En cas de légalisation, comment imaginez-vous le commerce du cannabis ? »

Vous aurez également la possibilité de faire des choix entre plusieurs suggestions. Ce sera le cas pour définir votre rapport au cannabis avec une consommation à classer dans «jamais », « occasionnellement », « régulièrement », « tous les jours » ou « je ne souhaite pas répondre à cette question ».

Une fois la consultation achevée, les réponses seront utilisées pour élaborer un rapport contenant d’éventuelles propositions.

À quoi serviront les résultats de la consultation ?

Le débat sur la dépénalisation du cannabis fait couler beaucoup d’encre depuis des décennies, en France comme à l’étranger. En 2019, l’Assemblée nationale a donné son aval pour expérimenter le cannabis à usage thérapeutique. Les tests débuteront au plus tard le 31 mars 2021 et concerneront 3 000 patients atteints de maladies graves pendant deux ans. Dans de nombreux pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Norvège, Pays-Bas, République tchèque, ou encore Royaume-Uni), l’utilisation du chanvre médical est déjà autorisée.

L’objectif du questionnaire est de comprendre l’opinion publique sur le sujet et de déterminer les attentes des citoyens en matière de législation. D’après l’Assemblée nationale, il s’agit en premier lieu « de dresser le bilan des politiques publiques menées en matière de prévention et de répression des trafics et usages du cannabis, de proposer un panorama des expériences étrangères de légalisation ou de dépénalisation et de contribuer à une réflexion sur l’éventuelle évolution du cadre réglementaire français relatif à cette substance ». Dans quelle mesure les résultats seront-ils pris en compte ? La consultation engendrera-t-elle des changements dans la législation ? Les citoyens devront prendre leur mal en patience pour le savoir.