Passées À venir

Carte de France des lieux de stockage des déchets nucléaires

Du 17 avril au 25 septembre 2019, les citoyens sont invités à participer à un grand débat public sur les déchets nucléaires. Greenpeace y contribue en apportant son expertise et diffuse une carte de France des déchets radioactifs. Le point dans cet article.
Sommaire

Un 5e PNGMDR (plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs) est actuellement en cours d’élaboration, et sera déterminant pour l’avenir du nucléaire en France. Dans un contexte où la protection de l’environnement est devenue un enjeu crucial, les citoyens sont invités à participer au grand débat public sur la question du nucléaire qui se tiendra jusqu’au 25 septembre prochain.

Carte de France des lieux de stockage des déchets nucléaires


Y a-t-il des déchets nucléaires près de chez vous ?

La France compte actuellement 58 réacteurs nucléaires et certains fonctionnent depuis 60 ans déjà. En conséquence, des déchets radioactifs — dont la toxicité et la dangerosité varient — sont disséminés un peu partout sur notre territoire.

Greenpeace vient de publier une carte où figurent les lieux de stockage et de transit de matière des déchets nucléaires, montrant qu’ils sont disséminés sur tout le territoire. Il s’agit donc d’un problème qui nous concerne tous. « Les déchets nucléaires ne concernent pas seulement les riverains des centrales nucléaires. Ils se sont accumulés sur l’ensemble du territoire français métropolitain. À elle seule, l’industrie électronucléaire est responsable de près de 60 % des déchets radioactifs produits en France », explique Greenpeace.

Ce qui marque peut-être le plus en consultant cette carte, c’est le nombre d’axes routiers et ferroviaires où transitent régulièrement des matières dangereuses, parfois au milieu de zones densément peuplées. « 19 000 convois de matières et déchets radioactifs circulent chaque année, dont une centaine de plutonium (l’une des matières les plus radiotoxiques qui, détournée, peut servir à la fabrication de bombes sales), que ce soit sur l’autoroute du Soleil, dans la gare RER de Versailles ou sur la rocade de Rennes ».

Les citoyens invités à débattre sur la question du nucléaire

Un débat public a été ouvert en avril dernier et se tiendra jusqu’au 25 septembre prochain. Tous les citoyens sont invités à participer, poser des questions et donner leur avis sur l’avenir du nucléaire en France, sur :

  • le stockage des déchets
  • leur transport
  • des projets comme celui du site d’enfouissement Cigéo de Bure

« Ce qu’on attend c’est que tous les citoyens y viennent pour apporter leur sentiment, sur l’industrie, l’économie, mais aussi la notion humaine. Comment demain nos générations futures vont gérer ces déchets nucléaires ? », commente Yannick Rousselet, le chargé des questions nucléaires de Greenpeace France, dans une vidéo.

L’ONG attend beaucoup de ce débat et souhaite qu’il réunisse tout le monde, les citoyens, mais aussi les acteurs du nucléaire en espérant qu’ils soient disposés à donner de « l’information ». « Il faut que les exploitants fassent l’effort — très important — de l’honnêteté (…) Il faut que tout le monde joue le jeu de la vérité, et de la vérité de l’instant présent. Ne pas nous parler des rêves que l’industrie pourrait avoir pour le siècle prochain comme souvent c’est le cas. Il faut être dans la réalité » ajoute-t-il.

Une plateforme en ligne pour participer au débat

Dans le cadre du débat sur le PNGMDR, des débats sont organisés dans plusieurs villes. Par exemple, le 9 juillet à Tours aura lieu un débat ayant pour thème « La gestion des matières et déchets : les impacts sur la santé et sur l’environnement » et le 5 septembre à Saint-Étienne où le sujet principal sera « Les impacts sanitaires et environnementaux des anciens sites miniers d’uranium ». Un calendrier est disponible en ligne pour connaître toutes les dates des évènements organisés dans le cadre du débat.

Vous pouvez également donner votre avis en vous inscrivant sur la plateforme participative de la CNDP. Après votre inscription (moins de 5 minutes), vous pouvez débattre, partager votre point de vue pour enrichir le débat ou faire des propositions, ainsi que soutenir des propositions existantes.

Sur le site, on peut également voir en direct ou revoir la vidéo du débat organisé à Lille ce mardi 28 mai, poser des questions auxquelles la CNDP (Commission Nationale du Débat Public) répond publiquement ou encore vous informer sur les modalités et les enjeux de ce débat public.