Passées À venir

Comment obtenir des informations fiables sur le Covid-19 et éviter les fake news ?

Un autre fléau se propage encore plus rapidement que le Coronavirus, celui des « fake news ». Sur les réseaux sociaux, ces fausses informations pullulent. Voici quelques conseils pour s’immuniser contre cette désinformation et une sélection de sources fiables pour s’informer.
Sommaire

Théories complotistes, faux communiqués d’agences de santé, pseudo-articles scientifiques, conseils farfelus... Depuis le début de l’épidémie, les « fake news » liées au Coronavirus envahissent la Toile et se propagent à une vitesse grand V dans le monde entier.

Inquiète face à cette avalanche de rumeurs et de fausses informations au sujet du Covid-19, l’Organisation Mondiale de la Santé a décidé de prendre les choses en main et de partir en guerre contre les fake news. Le 2 février dernier, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré : « Nous ne combattons pas seulement une épidémie, nous combattons aussi une “infodémie massive” ». Pour se protéger de ce fléau numérique et éviter de contaminer votre entourage, il est primordial de suivre certains conseils et de connaître des sources fiables.

Comment obtenir des informations fiables sur le Covid-19 et éviter les fake news ?


Quelques exemples de fake news sur le Coronavirus

Sur les réseaux sociaux, les théories du complot qui entourent les origines du Covid-19 foisonnent. Dernièrement, une vidéo de 22 minutes a été publiée par un homme qui affirme — preuve à l’appui — que le Coronavirus aurait été créé en 2004 par l’Institut Pasteur. Les chercheurs français seraient même déjà en possession d’un vaccin. Cette nouvelle vidéo complotiste largement partagée a été vue des centaines de milliers de fois en moins de 24 heures sur les réseaux sociaux. Il y a également ceux qui prétendent que le Coronavirus a été créé par les Américains et volontairement implanté en Chine. D’ailleurs en parlant des États-Unis, le président Donald Trump pensait que le Coronavirus était lui-même une fake news.

Les gels hydro-alcooliques ont aussi eu le droit à leur désinformation. Certains sites internet affirment qu’il ne faut pas utiliser les désinfectants pour les mains, car ils sont cancérigènes. Cette fake news a été propagée par des sites qui n’hésitent pas à déformer la réalité et écrire des articles avec des titres tapageurs dans le seul but d’attirer les lecteurs. Pour information, sachez que l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a créé une base de données accessible à tous qui référence tous les produits biocides dangereux pour la santé et les gels hydro-alcooliques n’y figurent pas. Profitons de l’occasion pour rappeler que se laver les mains au savon ou à l’aide d’une solution hydro-alcoolique en l’absence d’eau et de savon est un geste « barrière » indispensable pour se protéger du Covid-19.

Il existe aussi de faux remèdes et de mauvais conseils :

  • un test respiratoire à faire soi-même tous les matins pour s’assurer que l’on ne souffre d’aucune infection respiratoire et que l’on n’est pas positif au Coronavirus
  • manger de l’ail ou boire du thé au fenouil pour prévenir et soigner une infection au Covid-19
  • prendre de la cocaïne et de l’urine d’enfant comme antidote, etc.

Vous l’avez compris, les fake news au sujet du Coronavirus sont légion. Le problème majeur avec ces fausses rumeurs, c’est qu’elles peuvent créer un sentiment de peur et d’incertitude chez les personnes crédules et alimenter la panique.

C’est la raison pour laquelle l’OMS, les gouvernements, les agences sanitaires (comme Santé publique France) et les plateformes (moteurs de recherche, réseaux sociaux, sites e-commerce) ont décidé de collaborer pour lutter contre l’intox. Ainsi, depuis mardi 17 mars 2020, Microsoft, Google, YouTube, Facebook, Twitter, LinkedIn et Reddit travaillent ensemble pour endiguer ce fléau numérique. Amazon, Tik Tok, Tinder ont également lancé leur propre plan d’action.

Comment se protéger des fake news sur le Covid-19 ?

Se méfier du bouche-à-oreille numérique

Vous devez faire attention à la manière dont les informations sont partagées. Par exemple, il faut se méfier des emails et des SMS envoyés par votre entourage qui proviennent de l’ami d’un ami travaillant à l’Assemblée nationale, à l’OMS ou dans l’armée. Il en va de même pour les connaissances qui partagent sur les réseaux sociaux les conseils avisés d’un ami médecin ou épidémiologiste.

Vu que vous ne pouvez pas vérifier avec certitude la source de l’information, il est préférable de se référer aux médias connus et reconnus.

Vérifier l’information par vous-même

Lorsque vous êtes confronté à une information que vous trouvez suspicieuse, il est important de faire preuve de méfiance et de garder un esprit critique. Il faut se poser les bonnes questions. Qui est l’auteur de ce message ? Est-ce un organisme connu ou une personne anonyme qui a divulgué l’information ? L’information est-elle trop grosse pour être vraie ? Quelle est la fiabilité du compte Facebook ou Twitter qui publie l’information ? Est-ce que les sources citées existent-elles vraiment ? Y a-t-il des organismes officiels, des autorités ou des médias sérieux qui en parlent ? Toutes ces questions sont nécessaires.

Si vous avez le moindre doute, ne partagez surtout pas et vérifiez l’information. Pour cela, faites des recherches sur les noms et les sources ou copiez/collez des passages du message publié dans un moteur de recherche.

Éviter de partager les fake news qui le demandent

Une fake news existe uniquement si elle est diffusée en masse. En d’autres termes, l’intox n’existe pas sans cette viralité. C’est la raison pour laquelle les auteurs des fake news insistent sur le fait de partager ces fausses informations et de les envoyer à tous vos proches. Alors si un message vous incite à le partager, ne le faites pas.

Ne pas croire systématiquement les arguments d’autorité

De nombreuses fake news sont accompagnées d’une phrase qui garantit que l’information provient d’un éminent spécialiste anonyme qui travaille à l’autre bout du monde. Voici des exemples de phrases employées dans les dernières rumeurs : « Cette information vient de médecins actuellement sur le front de lutte contre le virus », « Excellents conseils de médecins japonais traitant des cas de Covid-19 » ou encore « Voici de nouvelles informations qui proviennent d’un chercheur de Shenzhen transféré à Wuhan pour collaborer avec la task force contre l’épidémie de Coronavirus. »

Mais alors, quelle est l’utilité de faire référence aux expertises d’un individu que personne ne connaît réellement ? C’est simple, cette mention rassure les gens et donne de la crédibilité à une information infondée.

Maitriser ses émotions et ne pas se précipiter

Les auteurs des fake news savent parfaitement comment manipuler les lecteurs et n’ont qu’une seule idée en tête : jouer avec vos émotions pour vous pousser à partager l’information. En effet, ces conteurs d’histoires imaginaires ont compris que la peur, l’inquiétude, la tristesse, le choc ou la révolte sont des outils parfaits pour véhiculer une intox.

Bien entendu, l’épidémie du Coronavirus est une aubaine pour les créateurs de fake news. Pour sensibiliser encore plus les lecteurs et les responsabiliser, certains ajoutent même des phrases du type : « Partagez massivement cette information, car cela peut sauver beaucoup de monde ». C’était le cas notamment de la fake news qui circulait partout en France sur le fait de prendre une inspiration profonde chaque matin et la bloquer pendant 10 secondes pour savoir si une personne est atteinte du virus.

Lire attentivement les commentaires

Cela peut vous paraître futile, mais lire les commentaires sur les réseaux sociaux peut s’avérer très utile pour savoir s’il s’agit d’une fake news ou pas.

Même si, en règle générale, il faut se méfier de ce qui est écrit et partagé sur Facebook ou Twitter, il est important de lire les commentaires d’une publication qui vous semble douteuse. En effet, il arrive parfois que des internautes bienveillants alertent sur la fausseté du contenu et envoient des captures d’écran pour prouver la véracité de leurs dires.

Quelles sont les sources fiables au sujet du Covid-19 ?

Outre les médias traditionnels, n’hésitez pas à consulter régulièrement ces sites de référence pour en savoir plus sur le Coronavirus et obtenir des informations fiables :

  • La page officielle du gouvernement sur le Coronavirus. Ce site est régulièrement mis à jour et vous rappelle les mesures prises par les autorités (vie quotidienne, établissements fermés, élections municipales), les consignes sanitaires et les conseils aux voyageurs. Il répond également aux questions les plus fréquentes : Comment me protéger du Covid-19 ? Que dois-je faire si j’ai les symptômes du Coronavirus ? Y a-t-il suffisamment de masques en France ? Y a-t-il un risque de pénurie de médicaments ? Y a-t-il un risque de contamination avec les objets ou colis importés de zones à risque ?
  • Le site officiel de l’Organisation Mondiale de la Santé fait également un point régulier sur l’état des connaissances sur le Coronavirus et les mesures de protection essentielles contre le Covid-19. Pour lutter contre les fake news qui circulent sur le Net, l’OMS a mis à votre disposition une page spéciale intitulée « En finir avec les idées reçues ».
  • Le site de Santé publique France permet de connaître les chiffres actualisés au jour le jour dans l’hexagone.
  • Les conférences de presse du directeur général de la santé, Jérôme Salomon, sont disponibles sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé. Pour beaucoup de Français, ces interventions sont devenues un rendez-vous quotidien.

Pour toutes vos questions, n’hésitez pas à appeler à tout moment le numéro vert gratuit 0 800 130 000 (ouvert 24 h sur 24 et 7 jours sur 7).

Pour suivre en temps réel la progression du Coronavirus dans le monde, vous pouvez consulter la carte interactive mise au point par l’université américaine Johns-Hopkins, située à Baltimore. Cette précieuse carte s’appuie sur les données fournies par l’OMS, la Chine et le Centre européen de Prévention et de contrôle des maladies. Vous y trouverez un décompte, pays par pays, avec les cas confirmés, les cas actifs, les décès et les personnes guéries. Il existe également une version pour la France, avec le détail région par région.

Pour toutes les personnes férues de chiffres et de courbes, vous trouverez largement votre bonheur sur le site worldometer.info.

Enfin, si vous souhaitez connaître le quotidien de certains professionnels de la santé qui luttent chaque jour contre le Coronavirus, vous pouvez toujours consulter leur compte Twitter. Même s’ils sont débordés par le Covid-19, ils arrivent à publier régulièrement des tweets pour informer les Français. Dans cette même optique, vous pouvez également consulter les comptes d’experts de l’OMS ou de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale).