Passées À venir

Contraception : Bientôt la prise en charge gratuite pour les adolescentes de moins de 15 ans

Le gouvernement entend étendre gratuitement la prise en charge intégrale de la contraception pour les mineures de moins de 15 ans. Explications.
Sommaire

En 2020, le gouvernement proposera un projet de loi de financement de la sécurité sociale. Celui-ci contiendra plusieurs mesures qui ne sont pas encore dévoilées. L’AFP a néanmoins pu obtenir des informations concernant le déploiement de la contraception gratuite chez les filles de moins de 15 ans. Le gouvernement souhaiterait ainsi limiter les solutions d’urgences parfois traumatisantes. Les détails.

Contraception : Bientôt la prise en charge gratuite pour les adolescentes de moins de 15 ans


Une extension du dispositif actuel aux plus jeunes

En 2013, le gouvernement a mis en place la dispense d’avance et la prise en charge intégrale des frais liés à la contraception pour les adolescentes de 15 à 17 ans, dès lors que ceux-ci sont prescrits par un médecin ou une sage-femme. Elles peuvent également bénéficier de la confidentialité des actes, si elles en font la demande.

Les jeunes filles de moins de 15 ans, quant à elles, assument financièrement la totalité de leur contraception, ainsi que les consultations médicales et les divers examens biologiques nécessaires. Le gouvernement estime que cela peut engendrer un frein pour les foyers fragiles et/ou pour les jeunes filles concernées.

Les solutions d’urgence en baisse

En ouvrant de tels droits pour les mineures de moins de 15 ans, cela permettrait de faire chuter le recours à des solutions d’urgence, comme la pilule du lendemain, interruption volontaire de grossesse (IVG), etc. En effet, chaque année en France, environ 1 000 jeunes filles entre 12 et 14 ans déclarent une grossesse et quelque 770 seront interrompues par une IVG.

Selon les chiffres du gouvernement, entre 2012 et 2018, les interruptions volontaires de grossesse chez les 15-17 ans ont nettement chuté, passant de 9,5 à 6 pour 1 000. Ce constat renforce l’idée que la mise en place de la gratuité de la contraception et des soins en découlant peut donc aider les jeunes filles de la tranche d’âge inférieure.