Passées À venir

Covid-19 : vers un confinement en Île-de-France et dans les Hauts-de-France ?

La situation sanitaire est toujours préoccupante en France. Cette semaine, deux régions sont sur la sellette, l’Île-de-France et les Hauts-de-France, et dans l’attente des nouvelles restrictions annoncées par Jean Castex et Olivier Véran ce jeudi 18 mars.
Sommaire

Suspension du vaccin AstraZeneca, augmentation du nombre de cas, troisième vague : les derniers jours ont été mouvementés et la circulation du virus s’accélère. « La situation est clairement critique. Ça va taper très dur jusqu’à la mi-avril », avait averti Emmanuel Macron. Ce soir, les Français, en particulier les 18 millions d'habitants des régions Île-de-France et Hauts-de-France, seront pendus aux lèvres du Premier ministre. Suivez en direct la conférence de presse.

Covid-19 : vers un confinement en Île-de-France et dans les Hauts-de-France ?

La France au cœur d’une troisième vague

La propagation du virus suscite l’inquiétude du gouvernement et des autorités sanitaires en France. Mardi 16 mars, le Premier ministre annonçait « une forme de troisième vague » déclenchée par l’arrivée des nombreux variants. Le nombre de cas positifs continue d’augmenter jour après jour et les services de réanimation de plusieurs départements sont arrivés à saturation. Afin d’endiguer l’épidémie, Jean Castex, accompagné par le ministre de la Santé, devrait annoncer de nouvelles restrictions.

Vers un nouveau confinement en Île-de-France et dans les Hauts-de-France ?

Deux régions sont particulièrement touchées par la troisième vague : l’Île-de-France et les Hauts-de-France. Face à la hausse du taux d’incidence et la forte pression sur les hôpitaux, le gouvernement a tiré la sonnette d'alarme. Si des mesures sont prises, elles s’appliqueront dès ce week-end, avait assuré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Toutefois, les écoles devraient, quant à elles, rester ouvertes.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), à Nice et sur le littoral des Alpes-Maritimes, en confinement le week-end, aucune mesure supplémentaire ne devrait entrer en vigueur.

Le vaccin AstraZeneca sera-t-il de retour ?

La France et de nombreux autres pays européens ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca, en raison de potentiels effets secondaires. Tous attendaient l’avis de l’Agence européenne des médicaments (EMA) avant de relancer ou non la campagne de vaccination. Le verdict devrait tomber ce soir lors de la conférence de presse.


 

LE DIRECT

 

Le couvre-feu retardé sur l'ensemble du territoire

Le couvre-feu passe de 18 heures à 19 heures pour s'adapter à l'heure d'été. Il entrera en vigueur dès ce week-end. 

RAPPEL : un confinement dans 16 départements

16 départements (8 départements d’Île-de-France, 5 départements des Hauts-de France, Alpes-Maritimes, Seine-Maritime et l’Eure)
sont placés en confinement dès vendredi minuit et pour quatre semaines. Les déplacements inter-régionaux sont interdits dans ces zones. Les sorties en extérieur sont autorisées dans un rayon de 10 km, sans aucune limitation de durée, et sur présentation d'une attestation.
Les écoles et commerces de première nécessité restent ouverts. 

L'intervention du ministre de la Santé

"Dès que vous avez des symptômes, isolez-vous", tient à rappeler Olivier Véran. Les personnes isolées peuvent bénéficier de la visite à domicile d'un infirmier. 

La France s'est équipée de traitements innovants pour les malades à risque.

Jean Castex se fera vacciner vendredi

Jean Castex a confirmé qu'il se fera vacciner dès le redémarrage de la campagne de vaccination avec AstraZeneca, soit vendredi 19 mars après-midi. 

Le vaccin AstraZeneca

Cette suspension devait permettre aux autorités d'examiner les cas suspects. "C'est une démarche prudente, mais indispensable", a assuré Jean Castex. L'Agence européenne des médicaments a confirmé que le vaccin est sûr et sans danger. Il n'est pas lié à l'augmentation des caillots sanguins. 

Les bénéfices du vaccin l'emportent sur la probabilité de développer des effets indésirables.

La Haute Autorité de santé (HAS) actualisera sa recommandation demain, dans le but de reprendre la campagne de vaccination dès ce vendredi 19 mars après-midi.

Réduire les mesures de restriction dans les prochaines semaines

La campagne de vaccination permettra de sortir de la crise. 5,7 millions de personnes ont déjà reçu une première injection. Près de 45 % de l'ensemble des plus de 75 ans ont bénéficié du vaccin. 

Au moins 4 jours sur 5 en télétravail

Le télétravail reste de rigueur. Les entreprises doivent mettre l'accent sur ce mode pour désengorger les transports en commun et endiguer la contamination. 4 jours sur 5 en télétravail est l'objectif fixé par le Premier ministre.

Un protocole renforcé pour la restauration collective en entreprise sera publié prochainement. 

Quid des déplacements ?

Il sera possible de se balader, faire du sport, sans restriction au niveau des horaires, sur présentation d'une attestation et dans un rayon de 10 km. 

Le couvre-feu passe de 18 heures à 19 heures pour tous les départements. Des consignes strictes seront transmises aux préfets pour interdire les manifestations et les regroupements. 

Les écoles et librairies resteront ouvertes

Dans les 16 départements concernés, les écoles resteront ouvertes. Il est important de "préserver l'éducation de nos enfants" aussi longtemps que possible, précise Jean Castex. Les universités continueront de fonctionner selon le rythme en vigueur. L'EPS pourra reprendre normalement, de même que les activités sportives extra-scolaires en extérieur.

Seuls les commerces de première nécessité seront autorisés à ouvrir. Les librairies resteront ouvertes. 

Des mesures plus fortes dans 16 départements

Dans 16 départements (8 en Île-de-France, 5 dans les Hauts-de-France, dans les Alpes-Maritimes, en Seine-Maritime et dans l'Eure), la situation est alarmante et implique des restrictions. Des nouvelles mesures seront mises en place dès vendredi soir minuit et pendant 4 semaines. 

Voir tout le direct

Une stratégie territorialisée

Une stratégie territorialisée est toujours pertinente. Mais deux régions ont franchi les seuils d'alerte. En Île-de-France, le taux d'incidence est de 446 et la pression sur les hôpitaux est très élevée. Le taux est quant à lui de 381 dans les Hauts-de-France. Dans les départements de Seine-Maritime et de l'Eure, les capacités de réanimation sont pratiquement saturées. 

Un point sur l'évolution de l'épidémie

Les craintes sont confirmées : la progression du virus s'accélère. 30 000 nouveaux cas pour la journée d'hier. Une troisième vague s'observe en France et dans d'autres pays européens en raison du variant anglais, plus virulent. Hier, 4 269 malades de la Covid-19 en réanimation. "1 personne toutes les 4 minutes arrive en réanimation", déclare Jean Castex. 

Un confinement 7 jours sur 7 en Île-de-France ?

Le vaccin d'AstraZeneca est "sûr et efficace" selon l'Agence européenne des médicaments (EMA)

"Le vaccin d'AstraZeneca n'est pas lié à une augmentation des cas de caillots sanguins", a déclaré la directrice de l'Agence européenne des médicaments, Emer Cooke, lors d'une conférence ce jeudi 18 mars. "Le comité est parvenu à une conclusion scientifique claire : il s'agit d'un vaccin sûr et efficace", a-t-elle confirmé.

La conférence de presse de Jean Castex est décalée à 19 heures

Prévue à 18 heures, la conférence de presse est finalement repoussée à 19 heures. Ce report permet d'attendre l'avis de l'Agence de santé européenne (EMA) sur le vaccin AstraZeneca. 

Jean Castex et Olivier Véran prendront la parole ce soir concernant les nouvelles restrictions dans deux régions.