Passées À venir

Déconfinement phase 3 : ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

Le président de la République Emmanuel Macron s’est adressé aux Français dimanche 14 juin au soir lors d’une allocution télévisée. Qu’y a-t-il à retenir des annonces qui ont été faites pour la phase 3 du déconfinement ?
Sommaire

Le chef de l’État s’est voulu rassurant et optimiste lors de son allocution télévisée du dimanche 14 juin 2020. Il a dressé le bilan de la 2e phase du déconfinement et a évoqué des mesures pour accompagner un retour à la normale et soutenir l’économie. Il a également affirmé sa volonté de lutter contre le racisme et les violences policières en France. Le point sur ce qu’il y a à retenir des annonces du président de la République pour la phase 3 du déconfinement.

Déconfinement phase 3 : ce qu’il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron


Le président de la République félicite et remercie la nation

Pour débuter son discours — enregistré — diffusé dans le journal de 20 h ce dimanche 14 juin, le président de la République a tenu à rendre hommage aux personnes décédées lors de la pandémie de coronavirus qui a gravement touché le pays et a tenu à féliciter les Français pour leur « sens des responsabilités admirable ». « L’État a tenu ». Il a souligné l’aide précieuse des soignants et des travailleurs qui ont été en première ligne pendant la crise.

« Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, poursuit-il. La période a montré que nous avions des ressorts, de la ressource. Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait ». Il a aussi évoqué « des failles, des fragilités », qui sont apparues pendant l’épidémie, mais a assuré que « nos faiblesses, nous les corrigerons vite et fort. »

Zone verte

Dès ce lundi 15 juin 2020, toute la France métropolitaine passe en zone verte, sauf Mayotte et La Guyane où le coronavirus circule encore activement. Ce passage en zone verte « permettra notamment une reprise plus forte du travail et la réouverture des cafés et restaurants en Île-de-France », a indiqué Emmanuel Macron. Les restaurateurs peuvent donc rouvrir leur salle en plus de leur terrasse.

« Il faudra continuer d’éviter au maximum les rassemblements, car nous savons qu’ils sont les principales occasions de propagation du virus. Ils resteront donc très encadrés », a-t-il précisé.

École

À partir d’aujourd’hui, « en Hexagone comme en outremer, les crèches, les écoles, les collèges se prépareront à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves, de manière obligatoire et selon les règles de présence normale », a annoncé le chef de l’État.

Pour se faire, le protocole sanitaire exigé jusqu’à présent sera allégé. Jean-Michel Blanquer a notamment annoncé une distanciation physique entre les élèves moins contraignante.

Les élèves de lycée, eux, ne reprendront pas. « Il y a beaucoup plus de brassage dans ces établissements, le protocole sanitaire est maintenu et le contrôle continu prévaudra pour le baccalauréat », a expliqué une source gouvernementale au Parisien.



Visites en Ehpad

Mesure très attendue, la levée de la restriction des visites en Ehpad. Les personnes âgées résidentes vont de nouveau pouvoir voir librement leur famille.

Impôts

La crise sanitaire a engendré des dépenses massives de l’État, dépenses qui « viennent s’ajouter à notre dette déjà existante », a déclaré le président de la République.

Toutefois, il a écarté l’idée d’augmenter les impôts pour la combler : « Notre pays a déjà une fiscalité très lourde, même si depuis trois ans nous avons commencé à la baisser ».

Relance économique

La crise sanitaire s’accompagne d’une crise économique importante et le président de la République en a bien conscience. Il a notamment promis « un investissement massif pour l’instruction, la formation et les emplois de notre jeunesse ».

Il a aussi exprimé son souhait de voir la relance économique se faire en s’appuyant sur une « industrie verte », « sociale et solidaire » afin de « réconcilier production et climat ».

Second tour des élections municipales

Le second tour des élections municipales 2020 pourra se tenir dimanche 28 juin. Le port du masque sera obligatoire dans les bureaux de vote.

Voyages en Europe et à l’étranger

Les frontières intérieures de l’espace Schengen rouvrent dès ce lundi 15 juin. « Il sera à nouveau possible de se déplacer dans les pays européens », a précisé le président de la République.

Quant aux voyages hors UE, il faudra attendre le 1er juillet et certaines restrictions ou mesures sanitaires pourraient s’appliquer. « À partir du 1er juillet, nous pourrons nous rendre dans les États hors d’Europe où l’épidémie sera maîtrisée », a annoncé le chef de l’État, sans donner de précisions pour le moment.

Racisme en France

Le chef de l’État a aussi évoqué le climat de tensions actuel concernant le racisme et les violences policières. S’il a promis de se montrer « intraitable face au racisme, à l’antisémitisme et aux discriminations » et a annoncé la prise « de nouvelles décisions fortes pour l’égalité des chances », il s’oppose à un « antiracisme » extrême. « Ce combat est inacceptable lorsqu’il est récupéré par les séparatistes », a-t-il déclaré. « La République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire. Elle n’oubliera aucune de ses œuvres, elle ne déboulonnera pas de statue », a-t-il ajouté, ne cautionnant aucunement les actes de vandalisme commis sur certaines statues d’esclavagistes en outremer, en Belgique ou au Royaume-Uni.

« Nous devons plutôt lucidement regarder ensemble toute notre histoire, toutes nos mémoires, notre rapport à l’Afrique en particulier pour bâtir un présent et un avenir possible d’une rive à l’autre de la Méditerranée, avec une volonté de vérité et en aucun cas de revisiter ou de nier ce que nous sommes. »

Violences policières

Il a par ailleurs réaffirmé son soutien aux forces de l’ordre, accusées de racisme et de violences par une partie de la population depuis la mort de George Floyd aux États-Unis et d’Adama Traoré en France. Les policiers « sont exposés à des risques quotidiens en notre nom. C’est pourquoi ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation», a déclaré le chef de l’État.

Le président de la République a conclu en annonçant qu’il s’adresserait de nouveau à la nation en juillet avec des précisions sur les mesures qui accompagneront « ce nouveau chemin ».