Passées À venir

Des assiettes en porcelaine pour lutter contre les perturbateurs endocriniens dans les crèches de Limoges

La ville de Limoges fait la chasse aux perturbateurs endocriniens en servant les repas dans de la porcelaine dans les crèches dès septembre.
Sommaire

Elle est la fierté de la ville, la porcelaine reprend du service au sein des cantines dans les crèches de Limoges dès septembre. En effet, le but est de lutter contre les perturbateurs endocriniens et d’évincer les plateaux en plastique des cantines. Explications.

Des assiettes en porcelaine pour lutter contre les perturbateurs endocriniens dans les crèches de Limoges


Des assiettes plateaux pour les petits

Déjà labellisée Ville Santé Citoyenne, Limoges a décidé de mener un nouveau combat contre les perturbateurs endocriniens. C’est pour cette raison que les crèches ne serviront plus leurs repas dans des plateaux et assiettes en plastique, mais plutôt dans des plateaux assiettes en porcelaine.

« Lutter contre les perturbateurs endocriniens », si néfastes pour la santé, s’imposait à nous », a répondu Nadine Rivet, l’adjointe au Maire, chargée de la petite enfance de la ville à un correspondant AFP.

Les plateaux en porcelaine seront divisés en 4 compartiments, permettant de faire réchauffer les aliments autant de fois que nécessaire, sans craindre le moindre risque sanitaire. En effet, le plastique chauffé émet des substances nocives pour la santé, comme la mélanine, accusée d’avoir une incidence sur le système endocrinien.

Une production locale

L’élue de la ville a également précisé qu’il était hors de question de choisir autre chose que de la porcelaine pour remplacer le plastique. Les plateaux assiettes ont été le fruit d’un projet local. En effet, des étudiants de BTS ont pensé et dessiné les plateaux, en mettant au point un procédé spécial pour l’alléger. Au final, il ne pèsera que 640 grammes, tout en conservant sa solidité.

Les plateaux assiettes sont donc solides et ne présentent aucun risque de casse. En d’autres termes, ils sont parfaitement adaptés à l’utilisation de tous petits enfants.

Un déploiement depuis le 29 août

500 pièces ont donc été commandées auprès de fabricants locaux et leur coût unitaire s’élève à 15 euros. Un investissement qui sera amorti d’ici quelques années. Depuis jeudi 29 août, 12 crèches se sont vues distribuer leurs nouveaux plateaux assiettes, afin de nourrir les 1 000 enfants qu’elles accueillent.

Le contenant est une chose, mais le contenu reste tout aussi important. C’est pourquoi la Mairie reste très vigilante face aux aliments donnés aux bébés. Les plats sont conçus sur place et les cuisiniers ont été formés pour répondre aux besoins des tout-petits. C’est ainsi que les repas sont allégés en sel tant dans les crèches que dans les écoles (jusqu’à -33 % en maternelle), en graisses et en sucres.

Par souci de cohérence, les biberons en plastique ont également été supprimés. Les enfants ne sont lavés au savon que lorsqu’ils sont souillés de selles et les produits ménagers ont été remplacés par des nettoyants vapeur. Enfin, dans les espaces extérieurs, les arbres allergènes ont été coupés dans les cours des écoles et crèches pour éviter tout risque avec les enfants.