Passées À venir

Des cantines scolaires passent aux barquettes 100 % végétales dans la région bordelaise

Nos souvenirs de cantine sont hantés par des nouilles trop cuites dans des barquettes en plastique. Six agglomérations autour de Bordeaux passent aux barquettes en fibre végétale 100 % compostable, privilégient le local et font place au bio ainsi qu’aux repas sans viande. La révolution est en marche.

Six communes situées dans le nord de Bordeaux vont instaurer les barquettes 100 % végétales et 100 % compostables en remplacement des traditionnelles barquettes en plastique dans leurs restaurants scolaires. Qu’en est-il ?

Des cantines scolaires passent aux barquettes 100 % végétales dans la région bordelaise



Les barquettes en plastiques sont soupçonnées d’être nocives

Certains scientifiques assurent que le chauffage des barquettes plastiques favoriserait la migration de substances chimiques, tels que les perturbateurs endocriniens, néfastes pour la santé, dans la nourriture.

Pour cette raison, le syndicat intercommunal (SIVOM) du Haut Médoc, qui regroupe les communes girondines de Blanquefort, Bruges, Le Pian-Médoc, Le Taillan-Médoc, Ludon-Médoc et Parempuyre, a décidé de renoncer au plastique dans la restauration collective en utilisant d’ici juin 2018 des barquettes « 100 % végétales » pour livrer à ses 35 restaurants collectifs, essentiellement scolaires, « plus d'un million de repas par an ».

Des barquettes écolos et saines de fabrication française

Le souhait de voir des barquettes végétales remplacer celles en plastique a vu le jour en 2016, lorsque certains élus ont décidé de l’inscrire au nouveau cahier des charges concernant le contrat avec le SIVOM.

La société Ansamble a alors proposé dans son offre de développer « une solution innovante de barquettes 100 % végétales et compostables » et a ensuite chargé l’entreprise Cellulopack, située à Castelsarrasin (Tarn et Garonne), du développement d’un « process d’élaboration de barquettes 100 % végétales ».

La fibre végétale utilisée pour la fabrication de ces barquettes provient de l’usine International Paper implantée à Saillat, en Haute-Vienne, précise le SIVOM.

Ces barquettes sont en cellulose de chêne et sont 100 % biocompostables.

Un contrat innovant entre les collectivités locales et le SIVOM du Haut Médoc

Ce contrat vient d’être renouvelé pour trois ans et contient d’autres mesures intéressantes.

En cuisine, les produits de 4e gamme (semi-élaborés) et de 5e gamme (déjà prêts, assaisonnés) ont été « bannis », la priorité est donnée aux produits locaux, dont 20 % seront issus de l’agriculture biologique.

D’autre part, des repas végétariens sont proposés tous les jours pour ceux qui le souhaitent.

« Nous nous sommes rendu compte que les habitudes alimentaires changeaient, explique Béatrice de François, présidente du SIVOM et maire de Parempuyre. Il y a aussi une inquiétude alimentaire de la part des parents, avec notamment la vache folle ou la grippe aviaire. Nous proposons donc cette année des repas sans viande, équilibrés en protéine. Ces menus sont confectionnés par des diététiciens et assurent les mêmes apports nutritionnels que des repas avec viande. »