Passées À venir

Des étiquetages trompeurs sur certains produits alimentaires dénoncés par Foodwatch

Ce n’est pas la première fois que l’opacité des listes d’ingrédients sur les produits agroalimentaires est montrée du doigt. Cette fois, c’est l’ONG Foodwatch qui épingle notamment Yoplait pour la présence de gélatine de bœuf dans ses yaourts Paniers 0 % aux fruits rouges.

Si on savait réellement ce qu’ils contenaient, on bannirait certainement certains produits alimentaires de nos paniers de supermarchés. Qui a envie de manger des yaourts qui contiennent du bœuf ? De la glace à la sécrétion de chenille ? Ou un soda dont la couleur provient d’une cochenille asiatique ? L’ONG Foodwatch plaide pour le droit des consommateurs à être mieux informé sur la nature des ingrédients qui composent les produits qu’ils achètent. Un point sur ce nouveau scandale.

Des étiquetages trompeurs sur certains produits alimentaires dénoncés par Foodwatch


Une nouvelle enquête de Foodwatch épingle une douzaine de produits aux étiquetages trompeurs pour le consommateur

Une fois de plus, certaines grandes marques sont montrées du doigt en raison de l’opacité des listes d’ingrédients sur leurs produits.

Dans sa dernière enquête, Foodwatch dénonce entre autres l’entreprise Yoplait qui n’indique pas l’origine animale de la gélatine contenue dans les Paniers de fruits 0 %. C’est aussi le cas d’Auchan qui n’indique pas l’origine bovine de la gélatine contenue dans son Macaron à la framboise.

Dans les Viennois au chocolat de Nestlé et dans le Tiramisu que l’on trouve au rayon frais de chez Carrefour, il y a de la gélatine de porc. L’Authentique Petit Ourson Guimauve de Cémoi et les Chamallows Haribo en contiennent aussi, mais sur le paquet on peut uniquement voir écrit « gélatine ».

Cela pose évidemment un problème notable à ceux qui choisissent un mode alimentaire végétarien ou qui ne souhaitent pas consommer certains aliments en raison de leur confession religieuse, mais en posant la question à des consommateurs plus « omnivores » on se rend compte qu’une grande majorité d’entre eux souhaite aussi savoir exactement ce qu’ils consomment.

Personne n’a envie de manger des insectes

On arrive vraiment à la partie la moins appétissante quand on commence à parler cochenille et résine d’insectes. Commençons par le E904 et sa jolie appellation faite de chiffres mystérieux qui cache en réalité une sécrétion de cochenille asiatique (miam !) appelée « shellac ». On en trouve dans la glace Façon glacier, fraise & morceaux de meringue Carte d’Or (Unilever), mais aussi, chose beaucoup plus surprenante, au rayon frais. Voyez ces belles pommes Fuji bien luisantes ? Elles sont peut-être recouvertes sans que vous le sachiez de cette résine d’insecte.

Consommateur de soda, vous apprécierez peut-être moins l’Orangina rouge lorsque vous apprendrez que sa belle couleur est obtenue grâce à un colorant issu d’une cochenille.

Pour ce qui concerne le Comté AOP au lait cru bio chez Système U, on peut lire qu’il contient de la présure. Mais peu d’acheteurs savent réellement ce qu’est la présure. C’est une substance qui vient de l’estomac de veaux abattus avant sevrage. C’est un coagulant d’origine animale présent dans la plupart de nos fromages.

Comment éviter les mauvaises surprises ?

Pour ne pas vous retrouver à manger des ingrédients d’origine animale sans le savoir, mieux vaut bien lire les étiquettes. Si vous voyez « gélatine » sur un emballage, il y a 95 % de chance qu’il s’agisse de gélatine de porc ou de gélatine de bœuf.

Attention aux E428 et E441 qui sont utilisés pour indiquer la présence de gélatine de porc.

En revanche, l’appellation « gélifiant » fait toujours référence à un ingrédient d’origine végétale. Il s’agit souvent de pectine (produit issu des pépins de pommes), d’agar-agar (algues) ou d’amidon.

Et dans la mesure du possible, préférez des produits non transformés issus de l’agriculture biologique ou des produits aux listes d’ingrédients courtes et claires avec des appellations précises.

Et si vous souhaitez plus de transparence sur les étiquetages, vous pouvez soutenir l’action de Foodwatch en signant leur pétition en ligne.