Passées À venir

Égalité femmes-hommes au travail : 16 % des moyennes entreprises doivent revoir leurs pratiques

En France, près d’une entreprise sur six de taille moyenne (employant entre 250 et 1 000 salariés) ne respecte pas le principe d’égalité au travail entre les femmes et les hommes. Explications.
Sommaire

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail souhaite mettre en place des sanctions pour les entreprises qui ne jouent pas le jeu de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. En France, 16 % des entreprises de taille moyenne sont concernées.

Égalité femmes-hommes au travail : 16 % des moyennes entreprises doivent revoir leurs pratiques


Qu’est-ce que l’index de l’égalité femmes-hommes ?

Le gouvernement a mis en place un index qui permet de jauger les inégalités au travail entre les femmes et les hommes. Cet outil mesure :

  • l’écart de rémunération entre les deux sexes
  • le pourcentage d’augmentation individuelle
  • le taux de promotion
  • le nombre de salariées ayant obtenu une promotion dans l’année de leur retour de congé maternité
  • la proportion de femmes parmi les 10 plus hauts salaires de l’entreprise en question

Cet outil a été conçu dans le but de faire respecter la loi en matière d’égalité salariale entre les femmes et les hommes. Une « révolution culturelle » est donc attendue pour mettre fin aux écarts de salaires injustifiés qui s’élèvent aujourd’hui à 9 %. Les mauvais élèves seront « affichés sur la place publique ». Une transparence qui, selon le gouvernement, devrait permettre d’accélérer le processus, puisque la réputation des entreprises concernées est en jeu.

Les résultats de l’index en 2019

Les entreprises de plus de 1 000 salariés devaient publier leur score avant le 1er mars dernier. 8 d’entre elles ne l’ont pas fait. Elles ont donc été mises en demeure après plusieurs relances du gouvernement. Les entreprises de 250 à 1 000 salariés devaient quant à elles publier leur index de l’égalité femmes-hommes avant le 1er septembre.

Après avoir récupéré tous les chiffres, la ministre du Travail a pu constater que 64 % des entreprises de taille moyenne avaient déjà mis en place des actions pour réduire les écarts de salaires entre les deux sexes. En revanche, 16 % des entreprises ne jouent toujours pas le jeu. Elles ont obtenu une note inférieure à 75 sur 100. Pour ne pas être sanctionnées, leurs pratiques devront être revues avant 2022.

Les petites structures de 50 à 200 salariés devront se prêter au jeu de l’index de l’égalité femmes-hommes dès le 1er mars 2020. Quant aux entreprises de moins de 50 salariés, elles en sont exemptées.

Les entreprises qui respectent l’égalité femmes-hommes sont plus performantes

Le fait de respecter le jeu de l’égalité et de la parité entre les deux sexes rend les entreprises plus performantes. C’est du moins ce que démontrent certaines études. C’est aussi ce que Muriel Pénicaud a expliqué au Parisien.

La réputation des entreprises qui jouent le jeu a été encensée. C’est notamment le cas de Gecina - une société employant 500 personnes et dirigée par une femme - qui a obtenu un score de 92/100.