Passées À venir

Ehpad : la Défenseure des droits pointe du doigt les défaillances

Dans un rapport, la Défenseure des droits met en lumière des atteintes aux droits et libertés des résidents en Ehpad, notamment en cette période de crise sanitaire.
Sommaire

« Les personnes âgées, y compris celles en situation de perte d’autonomie ou de handicap, jouissent des mêmes droits et libertés que l’ensemble de la population », précise le rapport. Cependant, la Défenseure des droits, Claire Hédon, révèle des défaillances qui restreignent la liberté des résidents. Afin d’améliorer leur prise en charge, elle délivre une soixantaine de recommandations.

Ehpad : la Défenseure des droits pointe du doigt les défaillances

Ehpad : des défaillances qui ne datent pas d’hier

Si les témoignages sont récurrents depuis quelques mois, les défaillances ne datent pas d’hier. « 900 réclamations dénonçant les conditions et modalités d’accompagnement médico-social ont été adressées au Défenseur des droits ces six dernières années. 80 % de ces dossiers mettaient en cause un Ehpad », stipule le rapport.

Les droits des résidents « grandement entravés » pendant la crise sanitaire

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 s’est particulièrement fait ressentir dans les Ehpad. Face au nombre important de décès, le gouvernement a fermé les portes de ces établissements et imposé un protocole sanitaire strict dans le but de protéger les personnes âgées vulnérables. Mais le revers de la médaille est la privation de liens familiaux et l’atteinte à la liberté de déplacement. Le rapport comprend de multiples exemples : tests de dépistage effectués sans consentement, restrictions de sorties maintenues pendant le déconfinement et pour les résidents vaccinés, interdiction de visites, etc.

Ainsi, la Défenseure des droits dénonce des dysfonctionnements en ce qui concerne « le droit au maintien des liens familiaux, la liberté d’aller et venir et le non-respect du consentement des résidents » pendant la crise sanitaire.

64 recommandations pour améliorer la prise en charge

La Défenseure des droits formule 64 recommandations afin de remédier à la situation. Elles sont non seulement adressées aux directeurs des établissements, mais aussi aux conseils départementaux, aux agences régionales de santé et au ministère de la Santé.

La liste des recommandations comporte entre autres l’instauration d’un ratio minimal de personnels travaillant en Ehpad, souvent en sous-effectif, le renforcement de la communication et de l’offre de soins, la nomination d’un référent consentement ou encore la mise en place de mesures proportionnées.