Passées À venir

Être informé de sa consommation d'énergie en temps réel permettrait de la diminuer selon une étude suisse

D’après des chercheurs de l’université ETH de Zürich, en Suisse, être tenu informé de sa consommation d’énergie, en temps réel, peut entraîner une diminution de celle-ci.
Sommaire

Une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’université EHT de Zurich a été publiée ce lundi 19 novembre dans la revue scientifique Nature Energy. Et les résultats sont surprenants ! Ils démontrent que suivre sa consommation en temps réel peut permettre de la diminuer nettement, même lorsqu’il n’y a pas d’intérêt financier à le faire. Un point sur cette étude.

Être informé de sa consommation d’énergie en temps réel permettrait de la diminuer selon une étude suisse


Des capteurs ont été placés sur les tuyaux de douche

L’étude a été réalisée au sein de 6 hôtels en Suisse. À l’intérieur de 265 chambres, le groupe de chercheurs a placé sur les tuyaux de douche des capteurs permettant à un groupe de clients de suivre en temps réel leur consommation en litres d’eau et en kWh, et à un autre de surveiller uniquement la température de l’eau.

À partir des données enregistrées sur près de 20 000 douches, les chercheurs ont mis en évidence que les clients informés de leur consommation en temps réel ont usé 11,4 % d’énergie en moins que ceux qui n’avaient connaissance que de la température de l’eau.

Des technologies qui peuvent encourager des changements de comportement

« Les technologies de feedback en temps réel peuvent encourager avec succès des changements de comportements et permettre une conservation des ressources (...) même dans un contexte où les gens n’ont aucune incitation financière pour économiser de l’énergie », a expliqué Verena Tiefenbeck, de l’université ETH de Zurich.

D’autres études parues par le passé avaient souligné les effets positifs de ce type de technologies, mais elles étaient fondées sur des personnes qui étaient volontaires, indiquent les chercheurs.

Des méthodes qui pourraient être appliquées à d’autre type d’action

D’après Verena Tiefenbeck, ce genre de méthodes pourrait être appliqué pour d’autres actions visant à faire diminuer la consommation d’énergie et pas uniquement quand les personnes ciblées n’ont pas d’intérêt financier.

« Les campagnes environnementales n’ont pas besoin de se concentrer sur les bénéfices financiers, ce qui peut mettre une pression disproportionnée sur les plus pauvres ou même avoir un effet contreproductif avec des gens qui pourraient dire “je m’en fiche, j’ai les moyens”», a-t-elle souligné.



110 milliards de m3 d’eau consommés en France

À l’heure où les questions environnementales sont au cœur des débats, ces résultats pourraient inspirer de nombreux élus, des acteurs économiques et aussi des particuliers qui pourraient adopter ce genre de technologie et faire baisser leur consommation.

En effet, chaque jour, les Français consomment d’importantes quantités d’eau potable. L’empreinte eau de la France atteint 110 milliards de m3 chaque année. Elle représente 1 786 m3 par an et par habitant, soit le volume intérieur de deux Boeing 747.