Passées À venir

Grève du jeudi 5 décembre 2019 : À quoi s'attendre ?

Les appels à la grève contre la réforme des retraites sont de plus en plus nombreux, quel que soit le domaine. Voici à quoi s’attendre pour la journée du 5 décembre.
Sommaire

Le jeudi 5 décembre 2019 sera probablement une journée noire pour les Français. Les appels à la grève contre la réforme des retraites ne cessent de s’accumuler dans les transports, mais aussi dans l’enseignement, et autres secteurs. Les usagers sont appelés à utiliser des solutions alternatives pour se rendre sur leur lieu de travail. Explications.

Grève du jeudi 5 décembre 2019 : À quoi s’attendre ?


À quoi s’attendre au niveau des transports le 5 décembre ?

L’état des lieux est unanime : se déplacer le jeudi 5 décembre risque d’être extrêmement compliqué. En cause ? Un appel à la grève généralisé dans les transports contre la réforme des retraites.

Les trains

Les trois principaux syndicats de la SNCF appellent à la grève. Le mouvement est illimité. Les usagers sauront 48 heures avant quels seront les trains en service le 5 décembre.

Attention, la loi de 2007 n’impose pas de service minimum pour les transports en commun en cas de grève. Les grévistes ont 48 heures pour se déclarer comme tels, mais peuvent aussi changer d’avis 24 heures à l’avance. La SNCF a annoncé que chaque jour à 17 h, un état des lieux des trains qui circuleront le lendemain serait fait.

En Île-de-France, un train sur trois sera en circulation, conformément au contrat passé avec Île-de-France Mobilités. Si le mouvement est trop suivi, SNCF Transilien dédommagera les usagers des lignes concernées.

À noter que la SNCF a fermé la billetterie pour les trajets du 5 au 8 décembre effectués avec les trains Ouigo, intercités et TGV inOui.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter l’info trafic sur le site internet de la SNCF ou directement depuis l’application mobile.

La RATP

Les blocages attendus le 5 décembre seront au moins aussi importants que ceux du 13 septembre dernier, car les trois syndicats représentatifs appellent eux aussi à une grève illimitée contre la réforme des retraites.

Il faut s’attendre à une très grosse mobilisation des agents de la RATP. En effet, bon nombre se sont déjà déclarés grévistes. Le représentant de l’UNSA a annoncé que le 6 décembre serait également une journée perturbée, car la grève devrait se poursuivre.

La RATP a toutefois une obligation contractuelle de circulation aux heures de pointe, équivalente à 50 % du trafic sur les RER A et B, le métro et le réseau de surface.

Les prévisions seront publiées sur le site 48 heures à l’avance et revues 24 heures avant. Des SMS et emails seront envoyés aux usagers, des messages seront également diffusés dans les stations, les gares et les spots radio, et des prospectus seront distribués.

Pour en savoir plus et organiser vos déplacements le 5 décembre prochain, vous trouverez des informations pratiques sur le site internet de la RATP.

Les transports routiers et urbains

FO et la CGT appellent à une grève illimitée dès le 5 décembre dans le transport routier de voyageurs, de marchandises et de fonds, mais également sur le transport urbain. À ce titre, les ambulanciers, les taxis et les déménageurs devraient également se mobiliser.

Les avions

Les syndicats de pilotes, hôtesses et stewards n’appellent pas à la grève. Mais ce sont les trois syndicats du personnel au sol qui ont déposé des préavis pour un mouvement reconductible. Du côté des contrôleurs aériens, l’un des deux plus gros syndicats appelle à rejoindre le mouvement.

Même si une astreinte est destinée à assurer un service minimum, de fortes perturbations sont à prévoir.

Les grévistes doivent se manifester 48 heures avant afin que la compagnie s’organise et informe les passagers des divers bouleversements sur leurs vols.

Pour plus d’informations sur les vols (retards, annulation, maintien, etc.), les voyageurs sont invités à consulter le site internet d’Air France.

Vers quelles alternatives s’orienter ?

Les transports individuels avaient rencontré un franc succès lors de la grève de la RATP en septembre dernier. Vélos, trottinettes, scooters, etc., en libre-service avaient été les moyens de transport privilégiés par de nombreux Français. De même, les taxis, les VTC ou le covoiturage avaient également été favorisés, demandant parfois une organisation en amont. Attention, il est conseillé de réserver votre course si vous optez pour les taxis ou VTC, afin d’échapper à des majorations.

La RATP prévoit aussi de nouer des partenariats afin de mettre en place des « services de mobilité complémentaires ». Ainsi, les usagers pourront opter pour du covoiturage (Klaxit, Blablalines, etc.), des voitures avec chauffeur (Kapten, Marcel, etc.), ou des voitures, vélos, scooters électriques et trottinettes en libre-service, etc. Un service « hors mobilité » comme le coworking ou un service de recherche d’itinéraire à vélo pourrait être proposé.

Autre alternative pour ceux qui le peuvent : demandez à votre employeur de passer en télétravail le 5 décembre prochain. Pour ceux qui ne peuvent vraiment pas se déplacer, poser une journée de RTT est également une solution envisageable.

Quels sont les autres secteurs mobilisés pour la grève du 5 décembre ?

Les écoles

Les principaux syndicats appellent les enseignants et professeurs à la grève. De nombreuses écoles ont déjà annoncé l’absence de tout leur personnel et la fermeture de leur établissement le 5 décembre. Il en va de même pour le service de la cantine dans le primaire et le secondaire, ainsi que pour les services périscolaires.

Un droit d’accueil des élèves de maternelle et élémentaire est prévu par la loi d’août 2008. Si le nombre de grévistes est inférieur à 25 % des enseignants, ce sont les professeurs non grévistes qui se doivent d’accueillir les enfants. Si le nombre est supérieur à 25 %, alors la commune se doit d’assurer l’accueil des élèves avec son personnel. Cela étant, l’appel à la grève étendu dans les transports pourrait mettre à mal ce service.

Les collèges et lycées seront ouverts, mais un grand nombre de professeurs n’assureront pas leurs cours. Le service de la restauration scolaire pourrait aussi être perturbé.

Les hôpitaux

Le mouvement sera également suivi par le personnel hospitalier. Toutefois, certains agents peuvent être assignés afin d’assurer un service minimum auprès des malades.

Toutefois, cet effectif minimum, tant pour le personnel soignant qu’administratif diffère d’un établissement à l’autre.

EDF

Plusieurs syndicats chez EDF ont aussi appelé à la grève. Des baisses de production d’électricité, des coupures en énergie dans les bâtiments publics d’État (sauf lieux de santé) et dans les entreprises de la branche pourraient être ressenties.

Selon un communiqué, EDF compte également remettre le courant chez certains particuliers qui en auraient été « injustement privés ».

La police

Plusieurs syndicats de police ont également menacé de rejoindre le mouvement de mobilisation du 5 décembre si le ministère de l’Intérieur ne donne pas une suite favorable à leurs attentes.

Des « actions 10 heures à 15 heures dans tous les services de police » pourraient être menées, comme la « fermeture symbolique des commissariats, le refus de rédiger des procès-verbaux ou encore des contrôles renforcés aux aéroports et aux péages d’autoroutes ».

Les étudiants

Le mouvement étudiant, toujours en ébullition après la tentative d’immolation d’un étudiant devant le CROUS de Lyon, sera aussi mobilisé pour « maintenir la pression » sur le gouvernement concernant leurs revendications.

Autres

Les avocats ont également décidé de suivre le mouvement de la mobilisation du 5 décembre. Ils seront rejoints par les Gilets jaunes qui souhaitent « converger avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes, qui, comme nous, n’acceptent pas » ont-ils précisé dans un communiqué de presse.