Passées À venir

Hépatite C : un nouveau traitement disponible en pharmacie

L’hépatite C est une maladie du foie causée par un agent infectieux de la famille des flavivirus, le virus de l’hépatite C (VHC). Avec l’hépatite B, elle constitue l’une des formes les plus graves d’hépatite virale, capable d’engendrer une atteinte chronique du foie à risque de complications graves. L’hépatite C chronique serait responsable de 2 700 décès par an (chiffres INSERM).
Sommaire

L’hépatite C chronique concernerait plus de 232 000 personnes en France. Des médicaments permettant de soigner plus de 90 % des patients commencent à être disponibles, et c’est pour l’instant la seule maladie virale chronique qui puisse être guérie. Malgré un prix très élevé, la vente en pharmacie des traitements du laboratoire Giléad est très attendue par les patients. Pourquoi ?

Hépatite C : un nouveau traitement disponible en pharmacie



L’hépatite C est souvent détectée tardivement

Une des raisons du diagnostic tardif de l’hépatite C est que cette maladie du foie peut se développer silencieusement, de manière asymptomatique, pendant dix, vingt ou trente ans avant que de graves complications apparaissent.

Aujourd’hui, c’est un véritable enjeu de santé publique de parvenir à diagnostiquer et à traiter les personnes infectées avant ce stade.

Quels sont les modes de contamination ?

C’est principalement par voie sanguine que l’on peut contracter cette maladie.

Le virus n’a été découvert qu’en 1989. Nombre de contaminations sont malheureusement arrivées par le biais de transmissions sanguines avant 1992, faute de dépistages qui ne sont apparus qu’après cette date. Ce qui n’est actuellement plus le cas.

Aujourd’hui, dans les 4 000 à 5 000 nouveaux cas détectés chaque année, la plupart des personnes contractent le virus par l’usage de drogues (seringues infectées...).

Après ceux des laboratoires AbbVie, les traitements du laboratoire Gilead seront bientôt disponibles en pharmacie

Gilead a annoncé mercredi 14 mars un accord avec les autorités françaises pour commercialiser ses traitements de l’hépatite C dans les pharmacies de ville, en plus des hôpitaux, quelques jours après que le feu vert ait été donné aux laboratoires Abb Vie de vendre le leur.

Cela va concerner tous les traitements contre l’hépatite C de Gilead : Sovaldi, Harvoni et Epclusa ainsi que son nouveau produit Vosevi, un traitement de réserve pour les patients n’ayant pas répondu favorablement aux autres traitements jusque-là disponibles, a appris l’AFP auprès de Gilead France.



Les prix élevés de ces traitements sont toutefois en baisse

L’arrivée à partir de fin 2013 des premiers médicaments de Gilead capables de guérir l’hépatite C chronique avait déclenché une vive polémique en raison de leurs prix initiaux, jugés exorbitants pour la sécurité sociale : plus de 40 000 € par patient.

À cause de ces couts élevés, l’État les avait d’abord réservés aux patients les plus sévèrement atteints, provoquant la colère des associations de médecins et de malades. Puis en 2016, le gouvernement avait enfin promis « l’accès universel » en espérant que l’arrivée de laboratoires concurrents (laboratoires MSD, AbbVie) ferait baisser les prix.

28 700 euros par patient (prix en 2018)

C’est la facture que la Sécurité sociale devra payer pour pouvoir soigner chaque malade. Le traitement a un cout, la guérison n’a pas de prix, et l’apparition de ces nouveaux traitements et leur cout — certes élevé — mais en baisse, donne l’espoir d’éradiquer complètement la maladie en France.

De plus, le fait d’autoriser la vente sur ordonnance en pharmacie va pouvoir permettre aux patients vivant loin des hôpitaux d’avoir accès au traitement dont ils ont besoin comme l’a souligné le Dr Marc Bourlière, hépatologue à Marseille. « Une des causes de non-observance des patients est l’éloignement de l’hôpital, c’est pourquoi il est important que ces médicaments soient disponibles en officine de ville ».