Passées À venir

Inscription à la procédure d'Admission Post Bac (APB) complémentaire jusqu'au 25 septembre

Profitez de l’ouverture d’une session complémentaire de demande d’admission dans une formation post-bac : comment s’y prendre ?
Sommaire

L’Admission Post Bac (APB) a dû faire face à une augmentation de 150 000 candidats. Et cela s’est traduit par une hausse de 30 % d’étudiants sans affectation. La ministre de l'enseignement supérieur parle d’un "système à bout de souffle", qu’il va falloir remanier. Les candidats ont jusqu’au 25 septembre pour s’inscrire à la procédure d’Admission Post Bac complémentaire.

Inscription à la procédure d’Admission Post Bac (APB) complémentaire jusqu’au 25 septembre



Des candidats sans affectation

Au cours de l’été 2017, la plateforme d’Admission Post Bac a rencontré des difficultés. Au 21 juillet, les médias citaient 65 000 étudiants sans affectation dans l’enseignement supérieur.

Puis, à mi-août, 6 000 étudiants étaient toujours en recherche d’affectation. Des bacheliers, pour la plupart en filière professionnelle et technologique, se sont vu refuser l’entrée en DUT ou BTS. Lesquels étaient démunis de solutions alternatives.

Pour résoudre ces incidents, le ministère a mis en place l'ouverture d'une session complémentaire d'APB, afin que chaque candidat ait une proposition d'affectation.

Inscription à la procédure d’Admission Post Bac complémentaire

Les étudiants, n’ayant pas eu de proposition d’affectation, ont donc jusqu’au 25 septembre 2017 à 23h59 pour saisir leurs 12 vœux (maximum).

Attention, les délais de réponse aux vœux d'affectation diffèrent selon la date de proposition. Le candidat aura 8 jours pour répondre aux vœux proposés jusqu’au 20 août, 72 heures jusqu’au 31 août, et 24h jusqu’au 30 septembre.

Sachez que l’établissement peut annuler la proposition si le candidat ne respecte le délai de réponse.

Est-ce la fin de la plateforme APB ?

La ministre Frédérique Vidal a annoncé "la fin du système d’Admission Post Bac tel que nous le connaissons”.

Elle annonce aussi que la règle du “premier arrivé, premier servi” ne sera plus de rigueur. L’APB tend à s’informatiser, car l’affluence du nombre d’étudiants est telle qu’elle met à mal le système actuel. “Le système APB est à bout de souffle, il faut le rénover profondément” déclare la ministre.

Aussi, le système APB prévoit d’abandonner le tirage au sort et limitera le nombre de vœux afin d’éviter les affectations par défaut. Le ministère souhaite faire table rase du passé en changeant également le nom de l’APB.