Passées À venir

La FNSEA souhaite filmer les négociations entre la grande distribution et les producteurs

La nouvelle loi Agriculture et Alimentation est censée, entre autres, garantir une meilleure rémunération des agriculteurs. Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) propose la vidéosurveillance comme moyen de contrôle. Le point dans cet article.
Sommaire

La FNSEA s’inquiète de ne pas voir de réelle amélioration en ce qui concerne la rémunération des agriculteurs malgré la mise en place de la loi Agriculture et Alimentation censée pousser la grande distribution à payer plus justement les fruits, les légumes, la viande, le poisson ou le lait. La présidente de la fédération, Christiane Lambert, a proposé ce jeudi 21 février l’installation de caméras pour filmer les négociations entre producteurs et distributeurs. Un point sur la situation.

La FNSEA souhaite filmer les négociations entre la grande distribution et les producteurs


Filmer les négociations pour s’assurer de la juste rémunération des agriculteurs

« Nous avons proposé de mettre des caméras de surveillance dans les box de négociations », a déclaré la présidente de la FNSEA lors d’une conférence de presse, jeudi 21 février.

Au 1er février dernier, un amendement est entré en vigueur pour relever le seuil de revente des produits dans la grande distribution à 10 %. L’objectif étant d’empêcher la vente à perte avec l’idée que les distributeurs feraient ruisseler cette revalorisation sur les producteurs lors des négociations annuelles qui se tiennent jusqu’à la fin février et qui fixent les prix pour l’année à venir.

La FNSEA doute de l’efficacité de cette mesure, d’où la proposition de sa présidente Christiane Lambert de filmer les négociations.

Cette année, les négociations entre producteurs et distributeurs « fonctionnent bien en lait et sur certains segments », mais « ne fonctionnent pas en viande où les demandes (de la grande distribution) sont déflationnistes de 1 % à 4 % », selon la présidente. Elle a ajouté que la FNSEA n’était « pas dupe » de l’exploitation que fait la grande distribution des accords qu’elle passe sur un « segment restreint ».

Carrefour s’engage à faire installer des caméras dans les abattoirs

La FNSEA fait référence à l’engagement récent de Carrefour pour le bien-être animal. En effet, mi-janvier le groupe a annoncé vouloir faire passer un audit à tous ses fournisseurs de viande pour sa marque distributeur. À la suite de cette opération, il demandera la mise en place de caméras de surveillance pour vérifier que les animaux ne sont pas maltraités avant et pendant leur abattage.

La fédération a tenu à préciser que cette démarche a été décidée unilatéralement par le distributeur, sans concertation préalable avec les abattoirs.

Des améliorations sur le prix d’achat du lait, mais la FNSEA reste méfiante

Plusieurs acteurs de la grande distribution se sont engagés à revaloriser le prix d’achat du lait avec les industriels laitiers et les organisations de producteurs ces 3 derniers mois. Mais Patrick Bénézit, le secrétaire général de la FNSEA, a tenu à préciser que la loi Agriculture et Alimentation « ce n’est pas un coup marketing pour ceux qui affichent des accords sur le lait », dénonçant par là des négociations souvent limitées en volume.