Passées À venir

La Mairie de Paris propose des aides financières pour lutter contre la pollution automobile

Pour lutter contre la pollution automobile, la ville de Paris propose un certain nombre d’aides financières à destination des particuliers et des professionnels. Un point sur ces mesures incitatives.

Depuis plusieurs années, la Mairie de Paris souhaite lutter contre la pollution automobile. Elle a mis en place, cette année, un nouveau dispositif pour y parvenir. Il se traduit par de nombreuses mesures incitatives. Passage en revue des moyens déployés par la Ville de Paris afin d’encourager de nouvelles pratiques en matière de mobilité.

La Mairie de Paris propose des aides financières pour lutter contre la pollution automobile


Favoriser les mobilités douces comme le vélo électrique

Aujourd’hui, le constat des méfaits de la pollution automobile sur la santé des Parisiens n’est plus à démontrer. On estime que 2500 personnes décèdent tous les ans dans la capitale à cause de la pollution. Par ailleurs, cette nuisance pointe en 3e place des désagréments subis par les Parisiens.

Depuis le 1er janvier 2018, les Parisiens peuvent profiter d’aides financières de la Mairie de Paris s’ils s’orientent vers des mobilités douces. Ainsi, la ville veut favoriser la pratique du vélo ou l’usage des deux roues électriques, pour les particuliers, avec des incitations financières.

Toutes les démarches peuvent se faire sur le site officiel de la ville, dans la rubrique « Mon compte ».

Encourager l’achat de vélos et deux-roues électriques

Concernant les 2 roues, 4 options non cumulables sont proposées aux Parisiens.

La ville de Paris vous propose un remboursement de 33 % du prix hors taxe pour l’achat d’un vélo électrique neuf, d’un deux-roues motorisé électrique de faible motorisation ou encore pour la transformation d’un vélo classique en vélo à assistance électrique. Ce remboursement est toutefois plafonné à 400 €.

La Mairie de Paris veut aussi encourager l’achat de vélos cargos neufs qui permettent notamment de transporter des enfants ou des marchandises. Là aussi, vous pouvez récupérer 33 % du prix hors taxe, dans la limite de 600 €.

Abandonner son automobile et opter pour d’autres solutions de mobilité

Pour les particuliers, la Ville de Paris incite à se passer de son véhicule personnel et en contrepartie, un « bouquet de mobilités » est proposé.

Pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, il faut abandonner un véhicule diesel ou essence avec la vignette Crit'Air 4 et antérieur. Il est possible de cumuler trois aides sur quatre proposées : un remboursement du Passe Navigo annuel jusqu’à 400 €, une prime de 400 € pour l’achat d’un vélo, une aide de 600 € pour l’achat d’un vélo cargo et enfin le remboursement de l’abonnement annuel Vélib’.

Par ailleurs, une aide pour une installation électrique correspondant à 50 % du coût des travaux (jusqu’à 4 000 €) peut être accordée aux copropriétés voulant s’équiper d’une borne de recharge pour voitures électriques ou hybrides dans leur parking.



Plusieurs mesures à destination des professionnels

Dans ce dispositif, les professionnels ne sont pas oubliés. Des aides sont proposées pour les autoentrepreneurs, les TPE et PME jusqu’à 50 salariés dans la capitale, mais aussi des Hauts-de-Seine, la Seine Saint-Denis et le Val-de-Marne.

La Ville de Paris rembourse jusqu’à 1 000 € pour l’achat d’un petit utilitaire de moins de 1 tonne, électrique, hydrogène ou GNV (gaz naturel).

Pour un modèle de véhicule utilitaire de moins de 3,5 tonnes, la prime peut aller jusqu’à 6 000 € et même 9 000 € pour un poids lourd électrique, à hydrogène ou GNV de plus de 3,5 tonnes.

Une aide pouvant aller jusqu’à 9 000 € est aussi prévue pour les entreprises de moins de 150 salariés qui veulent acheter un autocar à motorisation électrique, hydrogène, ou GNV.

Les taxis encouragés à s’équiper de véhicules moins polluants

Pour les taxis, une aide plafonnée à 4 000 € est prévue par la Mairie de Paris pour l’acquisition d’un véhicule hybride essence neuf, ou 2 000 € s’il est d’occasion.

Cette aide se monte à 6 000 € pour une voiture électrique ou une hydrogène neuve ou 3 000 € pour une occasion.

Enfin, les auto-écoles peuvent aussi bénéficier d’aides allant jusqu’à 6 000 € pour un véhicule électrique à double commande.