Passées À venir

La PMA pour toutes adoptée à l'Assemblée nationale à 359 voix contre 114

Mardi 15 octobre, une majorité de députés a adopté le texte sur la procréation médicale assistée (PMA) pour toutes les femmes, en première lecture, à l’Assemblée nationale. Malgré les divergences d’opinions au sein de chaque parti, les débats sont restés courtois de l’avis des députés présents. Le point dans cet article.
Sommaire

Le vote attendu de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes — amendement de la nouvelle loi bioéthique — a bien eu lieu mercredi après plus de 80 heures de débats animés. Malgré les divergences d’opinions parfois fortes au sein même des partis, les débats sont restés sereins. Réactions des députés à la sortie de l’hémicycle.

La PMA pour toutes adoptée à l’Assemblée nationale à 359 voix contre 114


« Un texte d’équilibre »

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a exprimé sa satisfaction à l’issue du vote. Elle qualifie le nouvel amendement sur la PMA pour toutes de « texte d’équilibre, parfois progressiste, parfois conservateur ». « Aucun consensus n’est possible sur ces questions, et pourtant nous avons travaillé dessus avec sérénité, avec respect », a-t-elle ajouté.

À droite, Les Républicains partagés

La majorité des députés LR était contre cet amendement comme, Thibault Bazin qui continue de clamer son opposition au texte qui « fait tomber un certain nombre de barrières éthiques » selon lui, des évolutions sociétales « qui divise les Français ». Il a déclaré s’inquiéter pour les enfants « privés de père ».

En revanche, pour Maxime Minot, lui aussi Républicain, l’ouverture de la PMA engendre la fin d’une « inégalité profonde ».

À l’extrême droite, 4 députés ont voté contre, dont Marine Le Pen et Sébastien Chenu, tandis que Ludovic Pajot et Bruno Bilde ont préféré s’abstenir.

Le PS et LFI ont voté « pour »

La députée socialiste Marie-Noëlle Battistel a soutenu le texte qu’elle qualifie pourtant d’« imparfait ». Elle estime que l’ouverture à la PMA pour toutes marque « la fin d’une hypocrisie ». Le groupe a voté à 24 voix pour, 2 contre et 3 abstentions.

Pour La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon a parlé de « certains choix douloureux » au sein du parti qui a finalement collectivement soutenu le texte. « Je regrette qu’on n’ait pas respecté la plus stricte égalité entre les formes de familles, a-t-il continué évoquant la filiation spécifique imposée aux couples lesbiens. « Un jour ou l’autre, il faudra supprimer ces mentions qui continuent à discriminer.»

Pierre Dharréville (communiste) a réfuté toute « attaque contre la figure du père » avec l’ouverture de la PMA pour toutes.



10 % des députés La République en Marche n’ont pas soutenu le texte

Au sein du groupe LREM, une large majorité des députés a voté en faveur du texte, mais on a pu noter 8 votes contre et 25 abstentions.

La porte-parole Aurore Bergé a par ailleurs précisé de nouveau la position du parti : « Rien dans ce texte ne concerne la GPA » (gestation pour autrui). Elle estime qu’une « ligne de crête » a été tenue entre principes, interdits et avancées scientifiques.