Passées À venir

Lastminute.com assigné en justice pour ses pratiques « illégales » de vente d'assurances voyages

L’UFC Que Choisir dénonce un piège marketing utilisé sur le site internet du voyagiste lastminute.com et assigne l’entreprise en justice devant le tribunal judiciaire de Paris. Pour l’association de consommateurs, le procédé utilisé parle voyagiste pour vendre des assurances à ses clients relève de « pratiques commerciales illicites, agressives et trompeuses ».
Sommaire

L’UFC Que Choisir dénonce régulièrement des pratiques de ventes abusives. Cette fois, c’est le site lastminute.com qu’elle assigne en justice. Le voyagiste, spécialisé dans la vente de séjours et de billets d’avion, pousse ses clients à contracter une assurance voyage supplémentaire à un tarif élevé en usant d’un procédé marketing que l’association de consommateurs considère comme agressif et trompeur. Le point sur la situation dans cet article.

Lastminute.com assigné en justice pour ses pratiques « illégales » de vente d'assurances voyages


Une pratique commerciale discutable, voire illégale

Ce sera au tribunal judiciaire de Paris de décider si le procédé marketing utilisé par le site internet lastminute.com tient de la pratique commerciale abusive. En effet, l’UFC Que Choisir vient d’assigner le voyagiste en justice estimant que l’entreprise force ses clients à contracter une assurance voyage dispendieuse en détournant leur attention.

Après qu’un client ait sélectionné un voyage sur le site, sur la page suivante, on lui suggère de prendre une assurance voyage. Lorsqu’il n’en veut pas, l’acheteur ne coche pas les cases de souscription. Malgré ce premier refus, lorsque le client a rempli son formulaire avec ses coordonnées bancaires, en cliquant sur le bouton « acheter » une fenêtre pop-up surgit et, s’il ne fait pas très attention à ce qui est écrit, il se retrouve avec l’assurance la plus chère dans son panier.

« Alors que le site lastminute.com est configuré pour pousser le consommateur à acheter et finaliser le plus vite possible son achat, cette fenêtre pop-up reprend les mêmes codes graphiques qu’un pop-up qui demanderait au consommateur de confirmer son paiement pour profiter des réflexes inconscients des internautes et ainsi leur vendre l’assurance qu’ils ont pourtant refusée quelques clics plus tôt », explique l’association sur son site internet.

Un procédé marketing qui serait très lucratif pour lastminute.com

Selon l’UFC Que Choisir, le procédé utilisé par le voyagiste est illégal. Il existe un « principe du “double-clic” » qui encadre les pratiques de vente sur internet et « impose que l’internaute puisse vérifier une dernière fois sa commande et son prix » avant de valider son achat.

Selon une enquête menée par le journal britannique The Times, ce procédé de vente que l’association de consommateurs qualifie de « piège marketing terriblement efficace » aurait rapporté 6 millions de livres (près de 7 millions d’euros) par an à l’entreprise rien qu’au Royaume-Uni.

L’UFC recommande aux clients « la plus grande vigilance »

Si vous souscrivez cette assurance par erreur, le délai de rétractation de 14 jours ne s’applique pas.

C’est pourquoi, en attendant le jugement de l’affaire devant le tribunal judiciaire de Paris, l’UFC Que Choisir recommande aux clients de lastminute.com « la plus grande vigilance » s’ils souhaitent effectuer des achats sur ce site.