Passées À venir

Le blocage des dépôts pétroliers provoque des pénuries d'essence dans certaines régions

Après plusieurs jours de blocage des dépôts pétroliers par les gilets jaunes, de nombreuses stations-service sont en pénurie partielle ou totale d’essence. Informez-vous sur les stations-service impactées par le manque de carburant.

La mobilisation des gilets jaunes et le blocage des dépôts pétroliers commencent à engendrer des pénuries d’essence dans les stations-service en France métropolitaine. À l’heure actuelle, plus de 630 stations-service sont concernées par le manque partiel ou total de carburant. Faisons le point ici sur l’ampleur de la pénurie d’essence dans l’hexagone.

Le blocage des dépôts pétroliers provoque des pénuries d’essence dans certaines régions


Des centaines de stations-service victimes de pénuries partielles ou totales de carburant

Le blocage des dépôts pétroliers par les gilets jaunes a provoqué une pénurie d’essence partout en France. Actuellement, selon le site internet penurie.mon-essence.fr, 378 stations-service sont en rupture partielle de carburant et 252 stations sont en rupture totale (les statistiques sont en constante évolution).

La Bretagne est la région la plus touchée par cette pénurie, particulièrement le département du Finistère. Depuis le mercredi 28 novembre, des manifestants du BTP (Bâtiment et travaux publics), rejoints par des gilets jaunes, bloquent le dépôt pétrolier de Brest pour dénoncer la fin du GNR (gazole non routier) détaxé au 1er janvier 2019. Même initiative du côté du dépôt de Lorient (Morbihan) qui est bloqué par des engins de chantier et des tracteurs depuis le mardi 27 novembre. La conséquence directe de ces blocages est la rupture partielle ou totale de carburant dans de nombreuses stations-service du Morbihan et du Finistère.

Pour éviter que la situation ne s’aggrave, des restrictions ont été mises en place par le préfet du Finistère comme un montant maximal de carburant vendu par jour et par véhicule (30 € pour les véhicules légers de moins de 3,5 tonnes et 200 € pour les poids lourds), une interdiction pour les stations-service de vendre du carburant destiné aux navires et autres engins sur remorque, certains véhicules sont considérés comme prioritaires (véhicules d’urgence, transports de malades et blessés, taxis, transports d’animaux).

Mais d’autres régions connaissent également des difficultés d’approvisionnement, le dépôt de carburants du Mans, dans la Sarthe, vient de connaître sa troisième nuit de blocage ou encore celui de Port-la-Nouvelle, dans l’Aude, où environ 200 gilets jaunes bloquent la zone portuaire et l’accès aux dépôts pétroliers avec des barricades.

Carte des stations-service en pénurie d’essence

Grâce à l’application Essence & Co, les automobilistes peuvent consulter gratuitement et en temps réel les prix des carburants dans toutes les stations-service de France. Lors d’une pénurie de carburant comme celle du printemps 2017 ou celle actuelle, cette application propose une carte de la France où figurent les stations-service qui sont à sec partiellement (un ou plusieurs carburants indisponibles) ou totalement. De cette manière, vous pouvez savoir instantanément les emplacements précis de toutes les stations d’essence victimes de la pénurie de carburant causée par le blocage des dépôts pétroliers.

L’application Essence & Co existe depuis plus de 10 ans et compte en moyenne 500 000 utilisateurs habituels, mais ces dernières semaines, elle connaît un véritable pic d’activité et compte désormais 1,5 millions de visiteurs. Il faut savoir que la carte de la France est régulièrement actualisée grâce aux informations données en temps réel par tous les utilisateurs de l’application.

Aucune raison pour les automobilistes de s’alarmer

La situation est particulièrement compliquée dans l’Ouest et le sud de la France, mais dans certaines régions, il y a eu un déblocage des dépôts de carburants par les forces de l’ordre, notamment ceux de Brest et de Lorient. D’autres dépôts pétroliers ont également été débloqués comme par exemple celui de Lespinasse (Haute-Garonne) et celui de Puget-sur-Argens (Var). Par conséquent, l’approvisionnement en essence commence à reprendre et la situation devrait s’améliorer dans les prochains jours.

Lors d’une interview accordée à la radio France Info, le président de l’UFIP (Union française des industries pétrolières), Francis Duseux, se montrait « très optimiste » et déclarait : « ce weekend, on va retrouver une situation normale. » Il a également profité de l’occasion pour appeler les automobilistes à ne surtout pas paniquer et ainsi soutenir l’appel au calme lancé par de nombreuses préfectures soucieuses d’une ruée massive dans les stations-service.

En effet, une surconsommation de la part des automobilistes est susceptible d’entraîner localement des pénuries de carburant. Il est donc nécessaire de faire preuve de civisme, de ne pas faire de réserve de précaution et de ne pas utiliser de jerrican afin d’assurer l’accès au carburant au plus grand nombre d’automobilistes.

Même si des centaines de stations-service sont touchées par la pénurie d’essence en ce moment, il est important de préciser que la grande majorité des stations de l’hexagone n’est pas impactée par cette pénurie de carburant.

De plus, les prix pourraient éventuellement continuer à baisser dans les prochains jours, car le Brent, cours du baril de pétrole brut, est en nette diminution à la bourse de Londres.

Cependant, la pénurie d’essence risquerait de se renforcer avec la grève des routiers qui pourrait débuter à partir de dimanche 9 décembre.