Passées À venir

Le CSA demande aux parents de communiquer avec leurs enfants à propos de ce qu'ils voient sur les écrans

La télévision, les écrans sont envahis par le sexe et la violence. Comment protéger les enfants ? Le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) invite les adultes à parler des images choquantes avec les plus jeunes.
Sommaire

À partir du 20 novembre 2018, le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) lancera une grande campagne appelée #ÇaNousRegardeTous pour sensibiliser les parents à respecter la signalétique d’âge qui apparait sur les programmes télé et à communiquer avec leurs enfants à propos de ce qu’ils voient sur leurs écrans. Un point sur cette information.

Le CSA demande aux parents de communiquer avec leurs enfants à propos de ce qu’ils voient sur les écrans


« Ce qu’ils regardent, ça nous regarde tous »

C’est le nouveau slogan de la campagne lancée jeudi 15 novembre par le CSA qui sera diffusée à la télévision, à la radio et sur internet à partir du 20 novembre prochain. Les spots diffusés montrent une enfant et un ado expliquant à leurs parents ou à leurs amis ce qu’ils ont vu sur les écrans.

Les parents « sont de plus en plus préoccupés par la façon dont les plus jeunes sont confrontés à des images, qui peuvent perturber leur éducation et leur développement », a souligné le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel, Olivier Schrameck, lors d’une conférence de presse. Car avec la multiplication des écrans, télévision, smartphone, et tout ce qui circule sur internet, il parait impossible de pouvoir réellement avoir prise sur le contenu auquel les enfants ont accès.

Des conseils aux parents délivrés par une enfant

Dans un des spots du CSA, on peut voir Garance, 10 ans, s’adresser directement aux adultes. « Ne nous prenez pas pour des bébés » dit-elle. « Posez-nous des questions ! » « Nous les enfants souvent on n’ose pas parler, on a peur que vous vous moquiez de nous ou que vous nous interdisiez de regarder la télé ».

Le CSA invite aussi les parents à respecter la signalétique qui indique l’âge minimum recommandé pour pouvoir visionner un programme, ainsi que la signalisation « Pegi » pour les jeux vidéos, mais comme le souligne Carole Bienaimé-Besse, conseillère au CSA sur ce sujet, « les écrans se sont multipliés, les usages ont radicalement changé ».

« Faute d’une régulation adaptée à ce stade, notre conviction est que le dialogue est la clé pour permettre au jeune public de se prémunir d’images préjudiciables », explique-t-elle. Le but n’est pas d’envoyer « un message culpabilisant aux parents », mais il serait dangereux de « laisser se creuser un fossé technologique entre les adultes et leurs enfants » selon elle.

Un guide pédagogique disponible en ligne

Afin d’aider les parents à adopter des comportements responsables quant à l’usage des écrans par leur progéniture, le CSA a édité un guide « Utiliser les écrans ça s’apprend » qui est téléchargeable gratuitement.

On y trouve tout un tas de conseils qui, s’ils relèvent majoritairement du bon sens, peuvent apporter un guide ou des pistes de réflexion. Il est également rappelé aux parents que c’est d’abord à eux de montrer l’exemple, par exemple en demandant l’autorisation de leur enfant avant de poster des photos ou vidéos de lui sur les réseaux sociaux et de le sensibiliser au fait que toute image peut être largement diffusée.

Par ailleurs, le CSA déconseille fortement d’exposer les petits de moins de 3 ans à des écrans.