Passées À venir

Le port du masque dans les lieux publics clos est désormais obligatoire

Depuis lundi 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans tous les espaces publics clos. Quelles sont les sanctions encourues en cas de non-respect ?
Sommaire

Depuis lundi 20 juillet, le port du masque s’impose dans tous les lieux publics clos. En cas de non-respect de cette obligation, l’amende s’élève à 135 euros.

Le port du masque dans les lieux publics clos est désormais obligatoire


Les lieux où le port du masque est obligatoire

Avant de devenir nationale, l’obligation du port du masque dans tous les lieux publics clos a d’abord été locale. Le préfet de la Mayenne, département touché par une recrudescence du virus, avait signé mercredi 15 juillet un arrêté à effet immédiat rendant obligatoire le port du masque et fixant l’amende à 135 euros en cas de non-respect.

Cette mesure est désormais obligatoire dans tout le pays et la liste des lieux concernés a été dressée dimanche 19 juillet par la DGS (Direction générale de la santé).

Comme l’a rappelé la DGS, le port du masque reste obligatoire dans les lieux suivants :

  • Les salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou polyvalentes, en incluant les salles de spectacle et les cinémas
  • Les cafés, bars et restaurants
  • Les hôtels et les pensions de famille
  • Les salles de jeux
  • Les établissements d’éveil, d’enseignement, de formation, les centres de vacances et les centres de loisirs sans hébergement
  • Les bibliothèques, les centres de documentation et les musées
  • Les lieux de culte
  • Les établissements sportifs couverts
  • Les établissements de plein air
  • Les chapiteaux, tentes et structures
  • Les établissements flottants
  • Les refuges de montagne
  • Les hôtels-restaurants d’altitude
  • Les transports en commun, les gares routières et maritimes, les stations de métro et les aéroports

Depuis lundi 20 juillet 2020, le port du masque devient obligatoire dans :

  • Tous les commerces (magasins de vente et centres commerciaux)
  • Les administrations recevant du public
  • Les banques
  • Les marchés couverts

Les entreprises sont concernées uniquement si elles reçoivent du public. Les mesures sanitaires strictes restent en place dans les autres entreprises, incluant la distanciation sociale, les mesures d’hygiène et le port du masque uniquement si ces dispositions ne peuvent être respectées.

Par ailleurs, dans les salles de sport, le port du masque sera obligatoire pour circuler et pourra être enlevé « au moment de faire du sport », a déclaré le ministère des Sports. La même règle s’applique dans les restaurants, où il est obligatoire de porter un masque pour circuler.

Pourquoi le gouvernement a-t-il pris cette décision ?

Au début de la pandémie, le gouvernement, qui se basait sur les recommandations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) ne conseillait le port du masque que pour les soignants et les malades. Il y avait alors une pénurie de masques, qui avait été vivement reprochée de toutes parts.

Deux motifs semblent avoir fait bouger les lignes ces derniers jours. Tout d’abord, on assiste dans de nombreuses régions à une augmentation des cas de transmission du virus. Le taux de reproduction du virus, appelé « R effectif », est en légère, mais constante augmentation depuis la première semaine de juillet. Tant qu’il reste inférieur à 1, l’épidémie est considérée comme étant sous contrôle. Or, il est actuellement de 1,20, voire 2 dans certaines régions comme la Bretagne par exemple.

Par ailleurs, la transmission du virus dans l’air demeure un point d’incertitude. Récemment, 239 scientifiques issus de 32 pays ont adressé une lettre à l’OMS, faisant part de leurs observations quant à la fréquence des contaminations en milieu clos, ceci même en l’absence de projection directe.