Passées À venir

Les accidents causés par le téléphone portable au volant en hausse

L’utilisation du téléphone au volant cause de nombreux accidents. Axa Prévention a publié une étude démontrant les dangers du téléphone en voiture.
Sommaire

Après l’alcoolémie, les excès de vitesse et autres infractions, le téléphone portable tend à devenir l’ennemi numéro 1 sur la route. C’est du moins ce que révèle une étude menée par Axa Prévention durant ce mois de juin. Explications.

Les accidents causés par le téléphone portable au volant en hausse


Les accidents pour excès de vitesse ou alcoolisme reculent

Comme chaque année, AXA Prévention réalise son étude sur le comportement des Français sur la route. En 2019, elle a mandaté Kantar TNS pour recueillir ces données. Le projet a été mené entre le 25 janvier et le 14 février 2019 sur 1 996 personnes âgées de 18 à 75 ans, sélectionnées pour représenter la population française.

Si les accidents de la route étaient majoritairement commis par l’alcool et les excès de vitesse, ils sont en nette baisse depuis quelques années. En 2004, 19 % des Français avouaient prendre le volant après avoir bu. En 2019, seuls 6 % le font encore. Il en va de même pour les excès de vitesse, car 29 % dépassaient les 150 km/h sur autoroute en 2004, contre 11 % actuellement.

Cette prise de conscience est vraisemblablement le résultat de la prévention et de la répression mises en place par le gouvernement. D’après Eric Lemaire, président d’Axa Prévention, les radars automatiques déployés sur le territoire depuis 2003 ont nettement fait reculer le nombre d’excès de vitesse et donc, d’accidents.

Pour autant, beaucoup d’automobilistes continuent de jouer avec le feu pour des petites infractions. Il s’agit notamment des doublements par la droite sur les voies rapides (22 %), de griller le feu orange (71 %), d’oublier le clignotant en tournant (41 %), etc.

Les accidents causés par des smartphones augmentent

Comment faire face à une addiction, notamment lorsque celle-ci met en péril la vie d’innocents ? C’est la question que se pose Eric Lemaire. 1 accident sur 10 est désormais causé par l’utilisation du téléphone sur la route. Cette attirance envers son smartphone entraîne un comportement dangereux de la part des automobilistes. Le président d’AXA Prévention n’a d’ailleurs pas de mal à utiliser le terme de « fléau » lorsqu’il aborde le sujet du téléphone au volant.

Aujourd’hui, 46 % des Français répondent à un appel alors qu’ils conduisent, contre 22 % en 2004 et 25 % consultent et/ou répondent à des SMS sur la route. Enfin, plus de la moitié des automobilistes de l’hexagone utilisent des applications de navigation sur leur téléphone pour se guider sur la route. Et sans grande surprise, ce sont les 18-24 ans qui sont champions en la matière avec 83 % de conducteurs hyperconnectés.

L’addiction au téléphone

Depuis 15 ans, le téléphone portable a su se faire une place de choix dans nos vies. À tel point que certains utilisateurs sont même devenus nomophobes. Il s’agit d’une addiction à son téléphone, entraînant une réelle phobie d’en être séparé. Et ce comportement donne donc l’irrésistible envie de répondre aux appels ou aux messages lorsque le mobile sonne durant un trajet en voiture.



Les nouvelles technologies sont dangereuses sur la route

Toujours d’après la même étude, il semblerait que cet intérêt aux nouvelles technologies cause de nombreux désagréments.

En effet, les EDP (Engins de déplacement personnels) sont également montrés du doigt. Trottinettes électriques, vélos électriques, Segway, etc. constituent un danger supplémentaire sur la route. Ils occupent désormais la troisième place du podium des usagers dangereux sur l’asphalte avec 36 %, derrière les motards (51 %) et les automobilistes (47 %).

Eux aussi utilisent leur téléphone portable sur leurs engins. Mais ce n’est pas tout, ils transportent également des passagers tout en téléphonant ou envoyant des SMS.