Passées À venir

Les nourrices et assistantes maternelles appelées à faire grève mardi 19 novembre 2019

Les syndicats appellent les nourrices et assistantes maternelles à se mettre en grève mardi 19 novembre prochain pour protester contre une réforme qui leur impose de se référencer sur le site de la CAF. Le point sur la situation.
Sommaire

Le gouvernement veut obliger les nourrices et les assistantes maternelles à se référencer sur le site de la CAF. Sous couvert de faciliter la mise en relation entre les parents qui cherchent à faire garder leur enfant et les nounous disponibles, les syndicats dénoncent un « véritable flicage » et appellent à une mobilisation le 19 novembre prochain.

Les nourrices et assistantes maternelles appelées à faire grève mardi 19 novembre 2019


Le gouvernement souhaite obliger les nourrices à se référencer

Les syndicats FO et CGT ont appelé les assistantes maternelles et nourrices de France à se mobiliser pour protester contre un article du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020. Celui-ci les oblige à se référencer sur un site de la CAF, sous peine de sanction.

Le gouvernement assure que ce référencement est fait pour faciliter la mise en relation entre les parents et les nourrices disponibles, mais les syndicats dénoncent une surveillance accrue de ces travailleuses.

Les 318 000 assistantes maternelles de France sont appelées à se mobiliser mardi 19 novembre, soit en se mettant en grève, soit en assurant un « service minimum ».

Coordonnées, disponibilités, et tarifs : des informations que les nourrices ne souhaitent pas nécessairement partager

La loi sur le budget de la Sécu 2020 oblige désormais les nounous à publier leurs coordonnées, leurs tarifs et à indiquer leurs disponibilités sur le site monenfant.fr, sans quoi elles risquent de perdre leur agrément.

Pour Émilie Ferbos, l’une des porte-paroles du collectif des Assistants maternels en Colère/Gilets Roses, « il faudrait que cela soit facultatif», et non pas obligatoire sous peine de sanction.

« Le gouvernement a fait le choix d’une méthode coercitive qui, sous prétexte de faciliter la mise en relation avec des parents employeurs, consiste en réalité en un véritable flicage » des nounous, ont déclaré le collectif, la CGT et FO dans un communiqué commun.

En donnant toutes ces informations, les assistantes maternelles craignent une augmentation du démarchage commercial, ainsi qu’une « concurrence » et un « nivellement par le bas » des rémunérations si leurs tarifs venaient à être affichés sur le site.

En début d’année, les nounous avaient déjà fait reculer le gouvernement sur une mesure de la réforme de l’assurance chômage qui les aurait pénalisées. Nul doute qu’elles espèrent obtenir le même résultat grâce à la mobilisation organisée le 19 novembre.