Passées À venir

Les tarifs des péages flambent sur certaines autoroutes : lesquels ?

Tous les ans, au 1er février, les prix des péages connaissent une augmentation. Cette année, ils progressent en moyenne de 1,8 %. Les hausses annuelles varient selon la date de construction de l’autoroute et les portions les plus récentes sont les plus onéreuses. 
Sommaire

D’après les informations de l’Asfa (Association des sociétés françaises d’autoroutes), compilées par le journal Le Parisien, entre 2011 et 2018, le tarif des péages a progressé de 9,5 % alors que l’inflation, s’élevait à 8,49 %. Certaines portions d’autoroute ont connu une augmentation plus forte.

Les tarifs des péages flambent sur certaines autoroutes : lesquels ?


Des hausses de plus de 30 % sur certains tronçons d’autoroute entre 2011 et 2018

En moyenne, les hausses de tarifs observées vont de 6 % à 15 % sur la période 2011-2018.

Sur certains axes, le prix des péages a fortement augmenté. C’est le cas, par exemple des portions qui mènent de Rouen à Tours qui ont connu, entre 2011 et 2018, une hausse de 34,06 % soit 9,40 €. L’autoroute qui relie Angers à Rouen affiche quant à elle une hausse de 33,69 % sur la même période, soit 9,50 € de plus. Autre exemple significatif, les prix du tronçon entre Genève et Chambéry ont grimpé de 24,27 % entre 2011 et 2018.

De nouvelles règles après 2000

Deux systèmes cohabitent pour les concessions autoroutières, selon que la construction soit antérieure ou postérieure à 2000. Avant cette date, une nouvelle portion était associée à la concession qui se trouvait à proximité. Les anciennes autoroutes permettaient de financer les nouvelles. Après 2000, les choses changent puisque l’Union européenne réclame davantage de concurrence, et souhaite des appels d’offres pour la construction et l’entretien de nouveaux axes.

Ainsi, les augmentations de prix annuelles varient selon la date de construction de l’autoroute. L’État a souvent choisi des concessionnaires qui finançaient une large part des autoroutes, avec peu de subventions étatiques, mais qui annonçaient une hausse prévisionnelle des prix plus élevée pour les automobilistes.

Les augmentations de tarifs sont plus importantes sur les tronçons les plus récents

Ainsi, sur les tronçons postérieurs à 2000, les augmentations des prix des péages sont plus importantes. La plupart de ces nouveaux axes accueillent moins de véhicules, mais ont nécessité des investissements lourds (ponts, tunnels). Sur les 10 axes où les péages ont connu les hausses plus importantes sur la période 2011-2018, 6 datent d’après 2000 comme l’A28 (2005) pour Rouen-Tours, Angers-Rouen et Caen-Le Mans ou encore l’A19 (2009) pour Nancy-Tours.

L’augmentation des tarifs peut aussi se justifier par la prolongation de certains axes autoroutiers. On peut citer l’A48 entre Grenoble et Valence qui a gagné 15 km supplémentaires en 2015, mais aussi l’A75 entre Bordeaux et Clermont-Ferrand qui s’est étendue de 11 km.



Des formules d’abonnement pour les utilisateurs réguliers

Avec le mouvement des Gilets jaunes, ces hausses de prix sont observées à la loupe par de nombreux automobilistes qui considèrent qu’elles sont souvent excessives.

La ministre des Transports Élisabeth Borne a reçu, en janvier dernier, les sociétés autoroutières. Elle a réclamé « un effort pour prendre en compte les préoccupations des Français sur le pouvoir d’achat ». Cet effort s’est traduit par la mise en place de réduction de 30 % pour les utilisateurs réguliers d’autoroutes.