Passées À venir

Lingettes contenant du phénoxyéthanol : Une mention obligatoire pour ne pas les utiliser chez les bébés

À compter du 20 décembre 2019, les lingettes contenant du phénoxyéthanol devront mentionner qu’elles sont contre-indiquées pour les bébés. Explications.
Sommaire

Le phénoxyéthanol est un conservateur, soupçonné d’avoir une influence négative sur la reproduction. Pourtant, de nombreuses lingettes en contiennent. L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a décidé d’imposer un étiquetage, indiquant que ces produits ne doivent pas être utilisés sur les enfants de moins de 3 ans.

Lingettes contenant du phénoxyéthanol : Une mention obligatoire pour ne pas les utiliser chez les bébés


Une mesure de précaution

Des études de toxicologie sur le phénoxyéthanol ont démontré une toxicité pour la reproduction et le développement à fortes doses chez l’animal. Selon l’ANSM, de tels effets n’ont pas encore été remarqués chez l’Homme.

Cela étant, afin d’éviter tout problème sanitaire, le 13 mars dernier, l’agence a décidé d’imposer une décision de police sanitaire. Il s’agit d’appliquer le principe de précaution en attendant que la Commission européenne décide de trancher sur le sujet.

En ce sens, les fabricants ont jusqu’au 20 décembre 2019 pour indiquer sur leurs produits contenant ce conservateur qu’il est déconseillé de les utiliser sur les enfants de moins de 3 ans.

En effet, les lingettes doivent être une solution de dépannage et non des produits à utiliser au quotidien. Pourtant, 64 % des parents avouent y avoir recours fréquemment.

Quels sont les produits concernés ?

Si les lingettes pour bébés sont les principales concernées, il existe d’autres produits qui le sont également.

Les produits cosmétiques dits « non rincés » contenant le conservateur doivent également porter la mention. Cela englobe les crèmes, laits, lotions, etc. que l’on applique sans rinçage sur le siège des bébés, y compris les lingettes qui leur sont pourtant destinées, mais également celles pour adultes.

En revanche, même si l’on retrouve du phénoxyéthanol dans certains déodorants, produits de coiffage ou dans des cosmétiques, ces produits ne sont pas concernés par la nouvelle législation sur l’étiquetage.

Pourquoi éviter d’utiliser les lingettes sur les fesses des bébés ?

Le siège des bébés est fragilisé par l’agression acide des selles et des urines. La peau est donc très sensible et favorable aux érythèmes fessiers. Cette hypersensibilité favorise l’absorption des produits chimiques dans le corps, et notamment du phénoxyéthanol.

« On ne doit pas prendre de risque avec les fesses des bébés », indique Dominique Martin, le président de l’ANSM. Selon lui, cette mesure est « proportionnée » et relève du « bon sens ». Considérant qu’il ne s’agit pas d’une interdiction d’utilisation du phénoxyéthanol, il estime que cette mesure n’est pas excessive.



Une décision qui ne fait pas l’unanimité

La FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté) se montre très fermement opposée à cette décision et demande son annulation devant le Conseil d’État. L’ANSM indique que cette requête est en cours. Ce n’est pas la première action qu’intente la FEBEA sur le sujet, puisqu’une première demande exigeant la suspension de la décision a été déjà rejetée le 21 mai dernier.