Passées À venir

Nouvelles primes pour les soignants d'Île-de-France et des services gériatriques

La publication au Journal officiel de deux nouveaux décrets confirme la mise en place de deux primes pour les soignants. L’une concerne le personnel des hôpitaux publics d’Île-de-France et de 3 départements limitrophes, puis l’autre est destinée au personnel des services gériatriques et des EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).
Sommaire

En novembre dernier, en plein mouvement social des établissements de santé, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait promis deux nouvelles primes. Celles-ci vont être instaurées en 2020. Elles sont destinées d’une part à certains soignants travaillant dans les hôpitaux publics d’Île-de-France et d’autre part au personnel soignant des services gériatriques et des EHPAD. Le point sur ces nouvelles gratifications.

Nouvelles primes pour les soignants d'Île-de-France et des services gériatriques


Prime pour les soignants de l’hôpital public en Île-de-France

Cette nouvelle « prime d’attractivité » concerne les infirmiers, les aides-soignants, les auxiliaires de puériculture et les manipulateurs radio qui travaillent au sein d’un hôpital public à Paris, dans les Hauts-de-Seine, en Seine–Saint-Denis, ou dans le Val-de-Marne.

Le montant de cette prime dépend de la rémunération du personnel :

  • Pour ceux qui perçoivent moins de 1 935 euros net par mois (salaire médian du secteur en 2017), elle sera de 940 euros brut par an.
  • Pour les personnes qui gagnent entre 1 935 euros à 2 500 euros net par mois, elle sera d’environ 470 euros brut annuels.

Pour bénéficier de cette prime, il est nécessaire d’avoir travaillé « au moins trois mois » à l’un des postes cités ci-dessus, en tant que fonctionnaire ou contractuel. Les personnes concernées toucheront leur prime « au cours du premier trimestre ».

Prime pour le personnel des EHPAD ou des services gériatriques

Cette prime « grand âge » concerne les personnes travaillant au contact des personnes âgées : les aides-soignants des EHPAD ainsi que le personnel soignant exerçant dans des services gériatriques hospitaliers (médecine, soins de suite ou soins de longue durée).

Il s’agit d’une prime forfaitaire dont le montant s’élève à 118 euros brut mensuels.

Une prime pour l’implication « dans des projets de transformation et d’amélioration de la qualité des soins »

La ministre de la Santé a également annoncé l’entrée en vigueur d’une autre prime dite « de valorisation collective » pour les soignants qui s’engagent « dans des projets de transformation et d’amélioration de la qualité des soins ». Elle sera attribuée « par projet et par agent » et s’échelonnera entre « 200 et 600 euros ».

Selon Agnès Buzyn, environ 130 000 soignants vont pouvoir bénéficier de ces nouvelles gratifications.