Passées À venir

Paille en plastique jetable : par quoi la remplacer ?

Les pailles jetables en plastique sont très polluantes et pourraient être interdites à l’horizon 2020, mais de nouveaux modèles innovants et amusants pourraient rapidement les remplacer. Qu’en est-il ?
Sommaire

Les pailles en plastique sont devenues un véritable désastre écologique. Peu ou pas recyclées, on n’y prête peu attention, elles s’envolent facilement et finissent souvent leur vie au fond des océans ou sur les plages. Mais d’où nous vient cette idée de boire à la paille plutôt qu’au verre ? Existe-t-il des alternatives aux pailles en plastique ?

Paille en plastique jetable : par quoi la remplacer ?



Une brève histoire de la paille

Simple caprice ou la paille a-t-elle vraiment une fonction irremplaçable ? En fait, son invention ne date pas d’hier. On a trouvé des pailles chez les Sumériens qui vivaient autour du 5e siècle av. Jésus Christ — et sirotaient leur bière dans de grands bols. Les pailles de l’époque étaient plus grosses et plus grandes, souvent faites en métal, parfois en or massif orné de lapis-lazuli pour les plus riches.

Plus tard dans le temps, au 19e siècle, les pailles seront faites en fibres de seigle et étaient donc parfaitement biodégradables. Mais Marvin Stone, que le gout du seigle dans ses boissons dérangeait, a eu l’idée d’enrouler du papier à cigarette autour d’un crayon, de le maintenir et de l’étanchéifier à l’aide de paraffine et fait breveter son innovation en 1888. La paille en papier était née.

La version articulée en plastique date de 1963 et a été créée par Joseph Friedman qui en eut l’idée en voyant sa fille avoir des difficultés à boire son milkshake avec une paille rigide.

Gadget ou objet fonctionnel ? La paille a-t-elle une réelle utilité ?

Pour certaines personnes, la paille est un objet quasi vital, comme pour certains malades qui ne peuvent ingérer que des liquides, parfois sans pouvoir réellement ouvrir la bouche. Elle permet aussi aux enfants en bas âge de boire plus facilement.

Un autre avantage de la paille est que le liquide absorbé ne rentre pas en contact avec les dents. Pour toutes les personnes qui ont les dents sensibles, cela leur permet de boire très frais sans subir des névralgies. Lorsqu’on consomme des sodas, comme c’est le cas des Américains, l’utilisation de pailles permet d’éviter l’action corrosive du soda sur l’émail des dents et protègerait un peu la dentition de l’excès de sucre et donc des caries.

Pour les dames coquettes, la paille permet de conserver leur rouge à lèvres plus longtemps et de ne pas laisser de traces voyantes sur les verres.

Doit-on se passer définitivement des pailles pour préserver l’environnement ?

Pas du tout ! L’idée est seulement de se débarrasser du plastique, pas des pailles !

Évidemment, pour limiter l’utilisation des pailles en plastique jetables, la façon la plus facile et la plus efficace est de boire au verre, et de s’habituer à demander sa boisson « sans paille s’il vous plait » lorsqu’on est de sortie dans un bar ou au restaurant.

Deuxième option, de plus en plus répandue, avoir avec soi sa paille durable. De nombreux modèles existent désormais en acier inoxydable, en verre, en bambou... Il existe aussi des pailles jetables faites de papier compostable et des pailles compostables et biodégradables en amidon de maïs !

Un peu plus loufoque, mais imbattable côté biodégradabilité, l’utilisation des « Pasta Straw », concept venu du Royaume-Uni, consiste à boire grâce à des pâtes crues, longues et fines, dans une sorte de macaroni géant. Peu onéreuse, l’idée séduit de plus en plus, car les consommateurs ne trouvent pas que les pâtes altèrent le gout de leur boisson. De plus, une fois la dégustation terminée, les pâtes faites de farine et d’eau peuvent aller directement au compost !

Les modèles les plus « high-tech » sont pliables et rangeables dans un étui type porte-clés, certaines pailles sont mêmes équipées de filtre à l’intérieur qui rendent l’eau potable !