Passées À venir

Places en crèche : Fin du crédit d'impôt accordé aux entreprises les finançant pour les enfants de leurs salariés ?

Le gouvernement a annoncé la fin du crédit d’impôt famille, la niche fiscale pour les entreprises finançant des places en crèche pour les enfants des salariés. Décryptage.
Sommaire

La fin du crédit d’impôt famille annoncée pour les entreprises qui financent des places pour les enfants des salariés, prévue dès 2022 inquiète la CFDT. Cela étant, il y a peu de chances pour que la mesure soit appliquée. Explications.

Places en crèche : Fin du crédit d’impôt accordé aux entreprises les finançant pour les enfants de leurs salariés ?


Une menace pour de nombreux emplois

Certaines entreprises financent toute ou partie des places en crèches pour les enfants de leurs salariés. D’un côté, cela permet aux jeunes parents de revenir plus facilement et rapidement au sein de l’effectif, et de l’autre, l’entreprise bénéficie d’un crédit d’impôt de 25 à 50 %.

Selon la Fédération française des entreprises de crèches (FFEC), une place en crèche coûterait 15 000 euros par an en moyenne. Avec les 25 ou 50 % pris en charge par l’État, cela coûterait au total quelque 100 millions d’euros par an à la France.

Comme prévu dans le projet de loi Finances 2020, l’État entend supprimer cet avantage fiscal pour les sociétés. Cette mesure pourrait avoir de lourdes conséquences sur plusieurs plans. De nombreux « emplois directs » seraient menacés, des places en crèches pourraient disparaître, et la vie personnelle et professionnelle des salariés en bénéficiant pourrait devenir plus compliquée.

La CFDT et la FFEC montent au créneau

Inquiète par l’annonce de cette mesure, la CFDT dénonce une menace professionnelle et familiale. De son côté, la FFEC s’alarme d’une telle décision. L’organisme gère 20 % des places en France, 60 % pour les crèches municipales et 20 % pour les crèches associatives.

Cette décision concerne quelque 30 000 places sur 430 000 dans tout l’hexagone. D’après la FFEC, le chiffre monterait à 80 000 places au total, en prenant en compte les crèches gérées directement par les entreprises, adhérentes ou pas à la fédération.

Une mesure qui risque de ne pas voir le jour

Pour l’heure, l’État semble avoir pris connaissance de toute l’importance du crédit d’impôt familles. « Bercy semble avoir compris qu’il y avait une erreur de formulation. C’est en discussion pour qu’elle soit modifiée », semble vouloir rassurer Jean-Emmanuel Rodocanachi, PDG des crèches Les Petits Chaperons Rouges et vice-président de la fédération française des entreprises de crèches.

Les employeurs ont besoin de garanties pour continuer de réserver des places en crèches pour les enfants de leurs salariés. L’annonce officielle que le crédit famille sera maintenu pourrait calmer les doutes et les craintes des entreprises concernées.