Passées À venir

Précarité étudiante : Création d'un numéro d'appel pour favoriser l'accès aux aides d'urgence fin 2019

Après l’immolation d’un étudiant de 22 ans qui rencontrait de lourdes difficultés financières, la précarité étudiante revient au cœur du débat. Que compte faire le gouvernement pour aider les jeunes en situation de précarité ? Réponses dans cet article.
Sommaire

En France, 130 000 étudiants seraient actuellement en situation de grande précarité. Des dispositifs d’aides existent, mais chaque année, les budgets alloués par l’État pour les aides d’urgence ne sont pas entièrement consommés. En effet, moins de la moitié des étudiants en situation précaire en font la demande. Pour faire connaître ces aides et permettre aux jeunes d’y accéder plus facilement, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé la création d’une ligne téléphonique d’ici la fin 2019.

Précarité étudiante : Création d’un numéro d’appel pour favoriser l’accès aux aides d’urgence fin 2019


Le gouvernement ne veut pas revaloriser le montant des bourses

130 000 étudiants en France seraient dans une situation financière très compliquée. Pour les syndicats, c’est le signe qu’une revalorisation des bourses est nécessaire.

« On continue à revendiquer le fait qu’il faut des moyens financiers supplémentaires pour augmenter dans un premier temps le montant des bourses et ensuite prévoir une vraie réforme en profondeur de la manière dont elles sont attribuées », a déclaré Orlane François, la présidente de la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes)

« Nous demandons une revalorisation de 20 % des montants », a déclaré Mélanie Luce, la présidente de l’UNEF (Union nationale des étudiants de France).

Pas de revalorisation des bourses, mais la mise en place d’une ligne téléphonique

Dans un entretien accordé à RTL, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a rappelé la récente augmentation du montant des bourses étudiantes. Celles-ci ne seront donc pas revalorisées.

En revanche, elle a annoncé la création d’un numéro d’appel à destination des étudiants rencontrant des difficultés financières, et ce, « au plus tard à la fin de l’année ».

« Il y a 5,7 milliards d’euros consacrés aux aides-étudiantes », a précisé la ministre. Tous les ans, les aides d’urgence « sont sous-consommées ». « Il reste chaque année un peu plus de 15 millions d’euros d’aide d’urgence non consommée ».

La ligne téléphonique qui va être mise en place a pour but de mieux informer sur les aides existantes et permettre de prendre rendez-vous avec un assistant social, en cas de besoin. Frédérique Vidal compte aussi sur l’aide des syndicats pour aider « à repérer les jeunes en situation de précarité ».

La trêve hivernale instaurée dans les cités U

Autre avancée sur la lutte contre la précarité étudiante, la ministre a annoncé l’instauration de la trêve hivernale dans les cités universitaires, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent.

« On va faire en sorte que la trêve hivernale s’applique dans les cités universitaires, dès à présent. Ça veut dire qu’on ne peut pas expulser un étudiant d’une cité universitaire, puisque les cités universitaires jusqu’à présent n’étaient pas dans le droit commun ».

Pour la FAGE, il s’agit d’avancées intéressantes, « mais qui ne règlent pas le problème dans lequel on se trouve aujourd’hui : on a besoin d’annonces budgétaires », a précisé Mme François. Depuis une semaine, l’UNEF se mobilise sur les campus et la FAGE « ne s’interdit pas » de les rejoindre « si la situation le nécessite ».