Passées À venir

Proposer des idées visant à mieux inclure les personnes handicapées jusqu'au 31 août

Mardi 28 mai, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, a lancé une grande consultation nationale pour favoriser l’insertion des personnes handicapées dans la société. Tous les citoyens qui le souhaitent ont jusqu’au 31 août prochain pour proposer leurs idées et solutions sur la plateforme de mobilisation citoyenne make.org. Le point dans cet article.
Sommaire

Du 28 mai au 31 août 2019, tous les citoyens sont invités à participer à une consultation sur le thème de l’inclusion des personnes en situation de handicap dans la société. Grâce à la plateforme make.org, chacun va pouvoir proposer des idées, des solutions aux problèmes que peuvent rencontrer les personnes handicapées au quotidien ou soutenir des propositions faites par d’autres.

Proposer des idées visant à mieux inclure les personnes handicapées jusqu’au 31 août


Encourager l’engagement des citoyens

Mardi 28 mai, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, a lancé une grande consultation citoyenne au Salon « Handicap, Emploi et Achats responsables » de Paris.

Cette consultation, baptisée #ActionHandicap, est organisée par la plateforme de mobilisation citoyenne Make.org, en partenariat avec le groupe Klesia, la Fondation OCIRP et le CCAH (Comité national coordination action handicap). Elle a pour but de récolter des idées et des « solutions concrètes » pour favoriser l’inclusion des personnes handicapées.

« Comment favoriser l’autonomie, la mobilité, l’égal accès aux transports, au logement, aux services publics, à l’éducation, à la culture, aux loisirs ? Comment lutter contre la précarité et les préjugés ? Autant de questions auxquelles les Français sont invités à apporter leurs solutions », explique-t-on chez make.org.

« Le handicap, c’est l’affaire de tous. Il faut sortir de l’entre-soi du handicap, faire comprendre que tous les Françaises et Français sont impliqués, qu’ils peuvent changer la donne », estime aussi Mme Cluzel.

Objectif : mettre en place des actions au sein de la société civile

L’objectif de la plateforme est d’obtenir environ 500 000 contributions citoyennes. Tout le monde peut proposer des idées, mais il est aussi possible de participer en soutenant des propositions ou en donnant son avis.

« Ensuite, nous allons peut-être obtenir 10 ou 20 000 propositions, que nous allons trier, décrypter, regrouper, puis soumettre à des ateliers, partout en régions, pour pouvoir proposer dans un an un plan d’action de la société civile », a expliqué Axel Dauchez, le président de Make.org.

Ces contributions ne seront pas forcément destinées à la mise au point d’un plan d’action gouvernemental. L’objectif est plutôt de collecter des idées qui pourraient être mises en place par la société civile, a-t-il ajouté.

De son côté, la secrétaire d’État a précisé que les propositions citoyennes alimenteront la réflexion dans la perspective de la CNH (Conférence nationale sur le Handicap) qui aura lieu dans quelques mois.

Comment participer à la consultation ?

Pour formuler une proposition ou donner votre avis, il vous suffit de vous rendre sur le site internet make.org. Cliquez ensuite sur « PARTICIPER À LA CONSULTATION » pour entrer directement dans le vif du sujet, puis « DÉMARRER ».

Vous verrez apparaître une série de propositions, d’idées, de réflexions auxquelles vous pourrez voter :

  • « POUR » en cliquant sur le pouce vert
  • « CONTRE » en choisissant le pouce rouge
  • « NEUTRE » en optant pour le pouce gris

Au-dessus de ces propositions, vous disposez d’un cadre où l’on peut lire « Il faut… ». Vous pouvez y taper votre suggestion et cliquer sur « PROPOSER » en bout de ligne pour l’enregistrer.

En ce qui concerne le traitement des contributions, make.org précise : « les algorithmes que nous avons développés permettent de mesurer l’engagement et l’adhésion des citoyens à chacune des propositions, et ainsi d’identifier les idées plébiscitées par le plus grand nombre. Le système a été conçu pour extraire des résultats statistiquement représentatifs, notamment en empêchant les actions de trolling et la surreprésentation de groupes d’intérêt constitués ».