Remboursement à 100 % d'une consultation préventive des cancers du sein et du col de l'utérus pour les femmes de 25 ans

Dans le cadre des réformes du budget de la sécurité sociale de 2018, l’Assemblée nationale a voté une nouvelle réforme pour la lutte contre le cancer. En quoi consiste cette réforme ? Qui est concerné ?


Fin octobre 2017, l’Assemblée nationale a voté le budget de la sécurité sociale pour 2018. De nombreuses propositions ont été acceptées, notamment une concernant la prévention des cancers du sein et du col de l’utérus à partir de 25 ans.

Remboursement à 100 % d’une consultation préventive des cancers du sein et du col de l’utérus pour les femmes de 25 ans

Une consultation gratuite pour le dépistage des jeunes femmes dès 25 ans

Le cancer du sein est la première cause de mortalité par cancer chez la femme en France. Il est responsable d’environ 12 000 décès par an. Pourtant, il peut être soigné dans 9 cas sur 10 lorsqu’il est détecté assez tôt. C’est pourquoi l’Assemblée nationale, sur les demandes du ministère de la Santé, a voté un nouveau dispositif permettant aux femmes de 25 ans de faire un dépistage qui sera remboursé intégralement par l’Assurance Maladie. Cette consultation comprend également le dépistage du cancer du col de l’utérus, responsable de 1 000 décès chaque année.

Dans le programme de lutte contre le cancer déjà en place, le dépistage est très recommandé pour les femmes dès 50 ans, avec un rappel tous les ans. Cette consultation précoce permettrait d’éviter des traitements plus lourds en cas de dépistage tardif. Elle permet aussi de déterminer si la personne à plus ou moins de risque d’être atteinte du cancer, en fonction de ses antécédents familiaux et des facteurs de risques personnels. En effet, 95 % des femmes, dans les 5 années suivant le début de leur vie sexuelle, sont exposées au virus VPH (virus du papillome humain, ou cancer du col de l’utérus), mais l’éliminent naturellement dans les 6 à 18 mois. Passé cette période, les femmes ayant toujours des traces du VPH seront celles sujettes aux risques du cancer. C’est pourquoi un vaccin est proposé aux jeunes filles au début de l’adolescence, avant le début de leur vie sexuelle.

Ce dépistage en amont permettra aux femmes présentant un risque de mettre en place un suivi personnalisé, tout au long de leur vie, et ainsi éviter un sur traitement en cas d’apparition de lésions cancéreuses. Dans le cas du cancer du sein, différentes mammographies seront fixées avant 50 ans, afin de le détecter le plus tôt possible.

Le gouvernement tient à supprimer les obstacles financiers afin de garantir l’égalité de l’accès au dépistage pour toutes les jeunes femmes. Cette consultation gratuite est aussi l’occasion pour un grand nombre de femmes de s’informer sur d’autres risques comme les MST (maladies sexuellement transmissibles), ou sur la contraception. Cependant, certains médecins peuvent éventuellement appliquer des dépassements d’honoraires sur ce type de consultation, qui ne sont pas toujours remboursés par la sécurité sociale.

À partir de 2018, à leur 25e anniversaire, les jeunes femmes couvertes par la sécurité sociale recevront donc une proposition de consultation gratuite de la part de l’Assurance maladie. Cette proposition n’est en aucun cas obligatoire, mais est fortement recommandée.

 




Les actualités connexes
Hausse d’effectif au sein de la brigade des incivilités à Paris
Hausse d’effectif au sein de la brigade des incivilités à Paris
Avec un nombre incalculable d’incivilités en tout genre dans la capitale, la brigade chargée de les sanctionner a vu son effectif augmenter de 1 900 agents supplémentaires afin de lutter plus efficacement contre les comportements impolis, veiller à la sécurité et à la propreté de la ville.

 
Service fourni par DemarchesAdministratives.fr