Passées À venir

Ressources naturelles : Jour du dépassement européen le 10 mai

D’après l’organisation mondiale pour la protection de l’environnement WWF, les Européens vivront à crédit à compter du 10 mai. Les ressources naturelles de l’Europe pour 2019 sont épuisées. Un point sur la situation.
Sommaire

Le 9 mai est la journée mondiale de l’Europe et le vendredi 10 mai l’Europe aura épuisé ses ressources naturelles pour l’année. Les Européens vivront à crédit jusqu’au 31 décembre prochain. Une situation préoccupante pour l’avenir du continent.

Ressources naturelles : Jour du dépassement européen le 10 mai


Le jour du dépassement 2019

Il s’agit d’une notion apparue il y a environ 60 ans. Le jour du dépassement indique le moment de l’année où un pays (un continent, la planète) a épuisé l’ensemble de ses ressources naturelles (pêche, cultures, etc.) annuelles.

En Europe, le 10 mai, le continent aura :

  • abattu plus d’arbres que la nature ne pourra en refaire naître
  • cultivé plus que de raison
  • produit plus de gaz à effet de serre que les océans et les forêts ne pourront en filtrer

L’Europe a consommé l’ensemble de ce qu’elle pouvait produire. Il s’agit du constat dévoilé par le WWF et le Global Footprint Network à 17 jours des élections européennes.

Quelques chiffres éloquents

En France en 1961, la date du dépassement était le 13 octobre. Cette année, la France atteindra son jour du dépassement le 15 mai. En 2018, elle avait épuisé ses ressources le 5 mai.

Si le train de vie de l’humanité suivait l’exemple de l’Europe, il faudrait l’équivalent de 2,8 planètes Terre pour assouvir ses besoins. La moyenne mondiale de la consommation des bioressources se situe à 1,7 planète.

Les Européens ne représentent que 7 % de la population mondiale, mais consomment 20 % des capacités naturelles de la planète.

La moyenne mondiale en 2018 était le 1er août. En 1997, le jour du dépassement était atteint à la fin du mois de septembre.

Les divers évènements climatiques ont coûté 450 milliards d’euros à l’Europe depuis 40 ans, et environ 430 000 personnes meurent chaque année à cause de la pollution en Europe.

Des inégalités au sein de l’Europe

Tous les pays européens ne sont pas logés à la même enseigne. En effet, certains consomment leurs ressources bien plus rapidement que d’autres.

Le Luxembourg vit à crédit depuis le 15 février, soit 46 jours depuis le début de l’année. La Roumanie n’entre en déficit « qu’à compter » du 11 juillet.



Quelles conséquences pour l’avenir ?

Vivre à crédit n’est jamais bon signe, surtout lorsqu’il s’agit de ressources vitales. Le déficit gagne du terrain chaque année. La planète montre des signes d’épuisement qui auront un impact direct sur les générations futures.

Les ressources ne seront bientôt plus suffisantes pour alimenter les habitants de la planète. L’érosion des sols, la pollution, l’extinction des espèces et le dérèglement climatique sont des conséquences directes de notre mode de surconsommation.

Pour ramener cette situation écologique sur un plan financier parfois plus représentatif, si la Terre était une entreprise, elle serait en train de déposer le bilan.

Des élections européennes décisives

Dans 17 jours auront lieu les élections européennes. L’Écologie est un sujet brûlant. Le WWF encourage chaque citoyen à réaliser un choix décisif dans l’élection des représentants parlementaires.

Remettre l’écologie au cœur de la politique européenne, afin de rétablir, si cela reste encore possible, un équilibre acceptable. Chacun des états membres de l’Union Européenne dispose du pouvoir nécessaire pour réduire son impact écologique.

Le WWF notifie un certain nombre de points prioritaires à traiter :

  • Mise en place d’un système agricole et alimentaire durable, préservant les ressources naturelles, engendrant des emplois et protégeant les forêts et écosystèmes.
  • Mise en application des Accords de Paris pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C.
  • Création d’un « New Deal pour la Nature en 2020 » avec un cadre légal européen pour les habitats, l’eau douce, etc.
  • La protection effective des océans en contrôlant les techniques de pêche.
  • La consécration de 50 % du budget européen en faveur des énergies bleues et vertes.