Passées À venir

Se faire héberger par le réseau SAM pour un entretien d'embauche loin de chez soi

L’une des principales raisons de refus d’une offre d’emploi est l’éloignement géographique. Le fait de se rendre à un entretien d’embauche loin de chez soi peut constituer un frein, car les frais de déplacement peuvent être conséquents. Il existe néanmoins des aides. Faisons le point.
Sommaire

Aller passer un entretien d’embauche loin de chez soi peut s’avérer compliqué, surtout quand on a des moyens limités. Pôle Emploi prend parfois en charge certains frais de déplacement et d’hébergement et certaines associations peuvent également vous aider. Le point sur les dispositifs d’aides qui existent dans cet article.

Se faire héberger par le réseau SAM pour un entretien d’embauche loin de chez soi


Les aides accordées par Pôle Emploi

Si vous souhaitez vous rendre à un entretien d’embauche loin de votre domicile ou à un concours, Pôle Emploi peut prendre en charge une partie de vos frais de déplacement, d’hébergement et de nourriture sous certaines conditions.

Tout d’abord, il doit s’agir d’une offre d’emploi en CDI (Contrat à durée indéterminée), en CDD (Contrat à durée déterminée) ou CTT (Contrat de travail temporaire) d’au moins 3 mois. Les contrats à temps partiel sont également éligibles. Enfin, l’emploi doit se situer à plus de 60 km aller/retour ou 2 heures de route.

Vos frais de déplacement peuvent être pris en charge à hauteur de 0,20 €/km que l’on multiplie par le nombre de kilomètres parcourus aller-retour si vous utilisez votre véhicule personnel. Si vous pouvez prendre le train, des bons de transport SNCF peuvent vous être remis.

Une aide de 6 € par jour peut vous être accordée pour vos repas et une aide de 30 € maximum par nuit d’hôtel peut vous être allouée en fonction des frais engagés et sur présentation de justificatifs.

Pour demander ces aides ou obtenir davantage de renseignements, adressez-vous à votre conseiller Pôle Emploi. Sachez qu’il est désormais possible de faire une demande de prise en charge des frais de déplacement depuis votre espace personnel sur le site internet de Pôle Emploi.

L’association SAM peut vous aider

Le réseau SAM (Solidarité, Accueil, Mobilité) est une association loi 1901 qui met en relation des demandeurs d’emploi et des bénévoles pouvant les accueillir pour une nuit ou deux lorsqu’ils doivent passer un entretien d’embauche loin de chez eux.

Vous pouvez entrer en relation avec une antenne SAM en région par l’intermédiaire de Pôle Emploi ou les contacter directement. Il vous sera demandé la copie de votre carte d’inscription à Pôle Emploi, à l’Apec ou à la mission locale, une attestation de votre assurance responsabilité civile, une copie de votre convocation à l’entretien d’embauche ainsi qu’une participation de 10 € pour le financement des frais de gestion.

L’association se charge de vous trouver une famille bénévole qui s’engage à vous recevoir une nuit (maximum deux), chez laquelle vous pourrez diner et prendre le petit déjeuner avant votre rendez-vous. Vous pouvez trouver les coordonnées des antennes SAM sur la carte interactive en ligne.

Des « success story » qui commencent avec un coup de pouce

Ancien ingénieur chez Peugeot, Henri Desloges habite à Montbéliard et connait le réseau SAM depuis le commencement. Selon lui, l’accueil est important, c’est aussi une manière de faire découvrir sa région, l’Est de la France. Récemment, son épouse et lui ont hébergé plusieurs fois « une autoentrepreneure en maroquinerie » qui se présentait à une série d’entretiens d’embauches dans l’entreprise « Hermès », où elle a finalement décroché un poste de formatrice.

Caroline, 61 ans, une auteur-compositrice bretonne a pu compter sur l’aide du réseau SAM pour effectuer une formation à la Philharmonie de Paris. Sans eux, « cela aurait été bien plus compliqué et plus dispendieux », explique cette musicienne bénéficiaire du RSA. Sur plusieurs mois, sa formation lui a couté environ 1 700 € juste en frais de déplacement. Une chance que le réseau SAM ait pu lui apporter un peu d’aide, car « pour quelqu’un qui est au RSA c’est énorme, je me suis vraiment serré la ceinture », a-t-elle raconté à l’AFP.