Passées À venir

Sécurité routière : les voitures neuves seront équipées d'une boîte noire dès mai 2022

À compter du mois de mai 2022, les voitures neuves devront obligatoirement être équipées d'une boîte noire. Du côté des voitures d’occasion, cette nouveauté ne sera pas imposée avant mai 2024. En quoi consistera cet équipement ?
Sommaire

Les boîtes noires bientôt obligatoires dans les véhicules devraient permettre de renforcer la sécurité routière et de mieux comprendre les circonstances d’un accident. C’est en tout cas ce qu’espère le Parlement européen qui vient de voter cette mesure.

Sécurité routière : les voitures neuves seront équipées d'une boîte noire dès mai 2022

Comment fonctionnera la boîte noire ?

L’équipement prendra la forme d’un boîtier miniature contenant une puce électronique. Il sera installé hors de portée du conducteur et ne pourra donc jamais être désactivé. Concrètement, la boîte noire enregistrera des données relatives au véhicule et à son propriétaire, comme le bon port de la ceinture de sécurité, la vitesse, la phase d’accélération et de freinage ou encore les coordonnées GPS. Ces données sont dites « cruciales » et pourront notamment servir à comprendre les raisons d’un accident.

Depuis 2015, les boîtes noires sont devenues monnaie courante dans les voitures américaines et les autorités estiment qu’elles ont entraîné une réduction de 20 % des accidents. L’Union européenne a donc également décidé de miser sur cet équipement en le rendant obligatoire pour tous les véhicules neufs dès mai 2022. Sur le marché de l’occasion, l’obligation est plus difficile à mettre en place en raison du nombre de véhicules en circulation et du coût de l’installation. L’échéance est donc pour l’heure fixée au mois de mai 2024.

Pourquoi un tel équipement ?

« Cette législation va permettre de sauver des milliers de vies dans les années à venir », a déclaré la rapporteuse du Parlement, Roza Thun. En effet, la boîte noire permettra d’en savoir plus sur les circonstances d’un accident et la responsabilité du conducteur : s’il roulait trop vite, ne portait pas sa ceinture, etc. Un tel dispositif pourrait donc dissuader les conducteurs qui se montrent imprudents et les inciter à lever le pied.

En levant le voile sur les conditions de l’accident, la boîte noire devrait également réduire les délais de justice. Actuellement, les expertises prennent des mois et les procédures engagent des frais. Si le conducteur est responsable, l’équipement en apportera la preuve rapidement.

D’autres équipements deviendront également obligatoires sur décision du Parlement européen : un système avancé de freinage d’urgence, un avertisseur de somnolence et de distraction, un dispositif d’adaptation intelligente de la vitesse et un système de détection en marche arrière. De plus, les constructeurs seront tenus de faciliter l’installation d'éthylotests antidémarrage.

Combien coûtera un tel équipement ?

L’équipement seul devrait représenter une centaine d’euros. À cette somme s’ajoute le prix de l’installation. D’après les parlementaires, la boîte noire n’engendrera pas de hausse significative du prix des voitures neuves. Cette dépense sera ajoutée au coût de revient du véhicule, ce qui avait déjà été fait pour le système de blocage des freins ABS ou les systèmes de dépollution.

L’attention se porte aussi sur les assureurs, puisque cet équipement a pour objectif de réduire l’accidentalité. Donneront-ils un coup de pouce ou non ? La question n’est pas tranchée.


Quid des données personnelles ?

La boîte noire n’enregistrera pas les sons de l’habitacle et ne conservera donc aucune conversation. Par ailleurs, les données seront utilisées par les forces de l’ordre seulement. Les compagnies d’assurance ne pourront pas y avoir accès.