Passées À venir

Trains Nantes-Paris et Rennes-Paris : Circulation perturbée lundi 28 octobre

Des perturbations ont lieu sur l’Axe Atlantique ce lundi 28 octobre. Seulement 30 % des TGV prévus entre Nantes et Paris, et Rennes et Paris circuleront en raison de la grève d’agents spécialisés dans la maintenance au technicentre de Châtillon. Explications.
Sommaire

La circulation des TGV de l’Axe Atlantique sera de nouveau perturbée ce lundi 28 octobre en raison d’une grève des agents de maintenance en région parisienne. Seulement 30 % des TGV prévus entre Nantes et Paris et Rennes et Paris seront maintenus. Ce qu’il faut savoir.

Trains Nantes-Paris et Rennes-Paris : Circulation perturbée lundi 28 octobre


Impossibilité d’effectuer un contrôle maintenance sur les rames TGV

Depuis le 21 octobre, la SNCF accumule les journées de « trafic perturbé ». La grève de ce lundi vient s’ajouter au mouvement social entamé par différents services de la SNCF suite à l’accident grave ayant eu lieu dans les Ardennes le 16 octobre dernier. « Jusqu’à aujourd’hui, nous avons réussi à maintenir un plan de transports très significatif, avec 80 à 90 % des trains qui circulent, mais à partir de demain on passe à un plan de transports de 30 % des TGV Atlantique qui circulent », a déclaré Gwendoline Cazenave, la directrice des TGV Axe Atlantique.

« Il faut reprendre en maintenance ces trains et on n’a pas suffisamment d’agents pour le faire ». En effet, environ 200 agents spécialisés sont toujours en grève au technicentre de Châtillon (Hauts-de-Seine). Sans maintenance, pas de circulation des rames.

Les clients impactés par ce mouvement social ont été prévenus par mail et/ou SMS et ont la possibilité d’échanger ou de se faire rembourser intégralement leur billet de TGV dont le départ est prévu ce jour.

En ce qui concerne les TER, la SNCF prévoit des conditions normales de circulation.

Où en sont les négociations entre les agents du technicentre et leur direction ?

Selon Mme Cazenave, « on est dans une situation de blocage parce que les agents nous demandent le paiement des jours de grève, ce qui est totalement impensable », ainsi qu’une « prime pour reprendre le travail ». Elle assure pour autant que les différents partis « continuent à dialoguer ».

Les agents maintiendraient leur mobilisation en raison d’« un projet d’aménagement de leurs conditions de travail » voulu par la direction auquel ils n’adhèrent pas. Ce projet aurait pourtant été « retiré dès mardi » selon la directrice des TGV Atlantique qui ne comprend pas « une situation de jusqu’au-boutisme » qui « pénalise les clients ».

Julien Troccaz, le secrétaire fédéral du syndicat SUD-Rail évoque, quant à lui une grève engendrée par « une remise en cause des conditions de travail par la direction sans aucune concertation ». Chose que confirme son homologue Erik Meyer, qui précise que la direction souhaite supprimer les repos compensateurs des agents pour le travail effectué le soir ou le weekend. « Les agents ont eu une réaction épidermique, à la hauteur de la violence des annonces du management », a-t-il expliqué.

Un autre mouvement social à la SNCF est déjà prévu à partir du 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites.