Passées À venir

Une carte interactive des pistes cyclables temporaires dans le Grand Paris

Afin de favoriser la pratique du vélo en cette période de déconfinement, de nouvelles pistes cyclables temporaires apparaissent dans le Grand Paris. Pour aider les cyclistes franciliens à choisir leur itinéraire en vélo dans ce nouveau réseau, le Collectif Vélo Île-de-France a conçu une carte interactive. Le point dans cet article.
Sommaire

À l’heure où la France se déconfine progressivement, de nombreuses personnes craignent une reprise de la pandémie de Covid-19 et un éventuel « reconfinement ». Pour écarter tout risque d’une nouvelle vague de contamination, il est primordial de continuer à respecter les gestes barrières et les règles de distanciation sociale. C’est la raison pour laquelle les collectivités franciliennes ont décidé de construire des pistes cyclables temporaires un peu partout dans le Grand Paris. L’objectif est de favoriser les déplacements en vélo en cette période de déconfinement afin de limiter l’afflux de voyageurs dans les transports en commun et le nombre d’automobilistes sur les routes. Pour connaître l’emplacement précis de ces nouvelles voies de circulation exclusivement réservées aux vélos, le Collectif Vélo Île-de-France met à votre disposition une carte consultable en ligne mise à jour quotidiennement par une centaine de bénévoles.

Une carte interactive des pistes cyclables temporaires dans le Grand Paris


Le vélo : un moyen de transport idéal pour respecter la distanciation sociale

En cette période de déconfinement, se déplacer en vélo représente sans doute la meilleure solution pour éviter la promiscuité dans les transports en commun et garantir la distanciation sociale. Un peu partout dans le monde (New York, Berlin, Bogota, etc.) des pistes cyclables temporaires font leur apparition afin de répondre aux besoins de déplacements pendant cette crise sanitaire.

En France, une vingtaine de communes ont déjà aménagé des pistes provisoires ou envisagent de le faire dans les prochains jours. C’est le cas par exemple de Nantes, Rennes, Montpellier ou Nice. Quant à l’Île-de-France, l’une des régions les plus touchées par le Covid-19, elle prévoit plus d’une centaine de kilomètres d’aménagements cyclables provisoires dans le Grand Paris.

Rien que pour la ville de Paris et la petite couronne (123 communes), les départements 92, 93, 94 et 75, environ 150 kilomètres de nouvelles pistes cyclables seraient aménagées dans les jours et les semaines à venir. L’objectif principal des collectivités franciliennes est d’éviter l’afflux des voyageurs dans les transports en commun en cette période de déconfinement et soulager les itinéraires les plus chargés, à savoir les métros lignes 1, 4 et 13, les RER A et B ou encore le tramway T2.

D’après les prévisions des différents Conseils départementaux, au moins la moitié des pistes cyclables temporaires seront prêtes pour la fin du mois de mai et l’autre moitié d’ici fin juin.

Des pistes cyclables provisoires construites en un temps record

Selon le Collectif Vélo Île-de-France, qui rassemble 35 associations dans une centaine de communes et plus de 4 000 adhérents, une trentaine de kilomètres de pistes cyclables temporaires ont déjà été construits dans l’aire métropolitaine du Grand Paris.

La rapidité à laquelle les collectivités franciliennes ont construit ces aménagements cyclables est impressionnante. En quelques jours seulement, un très grand nombre de lignes jaunes et de pictogrammes représentant un cycliste ou un vélo ont été tracés sur une trentaine de kilomètres de voies « grand-parisiennes ». Parmi elles, il y a certains grands axes qui permettent d’accéder à la capitale, comme par exemple : la route départementale D120 (métro ligne 1 et RER A), la RD906 (ligne 13), la RD920 (ligne 4 et RER B), ou encore l’axe qui relie la porte Maillot à l’esplanade de La Défense.

Il faut savoir que les pistes cyclables temporaires, appelées également « coronapistes », sont aménagées en quelques heures ou quelques jours sur des voies jusque-là dédiées à la circulation automobile ou au stationnement (plus rare). Ces aménagements sont rapides à faire, car ils nécessitent très peu de travaux. En effet, les services municipaux de la voirie installent simplement des équipements légers avec des plots, des barrières ou des blocs de béton, de la peinture jaune et des panneaux.

Bien entendu, chaque aménagement de piste cyclable provisoire diffère en fonction de la physionomie des routes et les possibles chantiers en cours. Le Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine (92) par intérim, Georges Siffredi, a précisé que : « Il ne suffit pas toujours de mettre des plots et un coup de peinture au sol, il faut aussi assurer la sécurité des gens à vélo. »

Une carte interactive mise à la disposition des cyclistes d’Île-de-France

Afin d’aider les cyclistes à identifier leur itinéraire à vélo, le Collectif Vélo Île-de-France collabore étroitement avec la MGP (Métropole du Grand Paris) et OSM France (OpenStreetMap) pour proposer une carte interactive des aménagements cyclables d’Île-de-France.

Conçue et alimentée régulièrement par le Collectif Vélo Île-de-France, cette carte permet de trouver en temps réel les aménagements cyclables déjà existants (couleur orange) et les dernières pistes cyclables provisoires ouvertes par les collectivités franciliennes (couleur jaune). La carte permet également de voir les projets qui devraient se concrétiser dans les jours et semaines qui viennent (couleur grise).

En complément de cette carte, vous avez la possibilité d’utiliser sur votre smartphone l’application Géovélo pour calculer les meilleurs itinéraires sécurisés en vélo. Cette appli est disponible sur iOS et Android via App Store et Google Play Store.

Dans le cas où vous avez découvert une piste cyclable temporaire non répertoriée sur la carte, n’hésitez pas à contacter directement le Collectif Vélo Île-de-France afin qu’il puisse l’ajouter. Pour cela, il suffit de remplir le formulaire de contact mis à votre disposition sur le site et de préciser dans la partie « Commentaire ou message » le lieu, la longueur et le type d’infrastructure.



Quelques problèmes persistent encore

Malgré les efforts de l’État et des collectivités franciliennes pour satisfaire les cyclistes, certaines associations estiment qu’il y a encore beaucoup à faire. Par exemple, elles jugent que la fermeture des parcs et des jardins pénalise les cyclistes au quotidien. En effet, certains « vélotafeurs » sont contraints de faire de grands détours pour accéder à leur lieu de travail. C’est le cas notamment de ceux qui avaient l’habitude de passer par le parc de La Villette, au nord-est de Paris. Pour vous donner une idée de l’importance de cet axe, plus de 10 000 vélos y transitaient chaque jour pendant les grèves de transport.

Autre point noir : la plupart des « coronapistes » ne sont que des bandes cyclables peintes au sol et sans réelle protection sur des axes routiers très fréquentés. De plus, l’incivilité de certains Franciliens n’aide pas. En effet, un grand nombre de camions de livraison et voitures ont tendance à se garer sur les pistes cyclables. Même constat du côté des scooters qui n’hésitent pas à emprunter ces voies exclusivement réservées aux vélos.

En conséquence, de nombreux cyclistes les considèrent comme dangereuses et souhaiteraient qu’elles soient mieux protégées, à l’image des pistes cyclables délimitées par des blocs de béton par exemple.