Passées À venir

Une formation post-permis de conduire pour réduire le délai du permis probatoire à partir de 2019

Pour réduire le nombre de morts sur les routes, la Sécurité routière va mettre en place une formation post-permis s’adressant spécialement aux conducteurs novices à partir de 2019. Qu’en est-il ?
Sommaire

Au vu des chiffres de la Sécurité Routière, beaucoup de conducteurs novices se retrouvent impliqués dans des accidents graves, voire mortels dans les 2 ans qui suivent l’obtention de leur permis probatoire. C’est pourquoi, à partir du 1er janvier 2019, une formation post-permis sera réservée à ces nouveaux conducteurs. De quoi s’agit-il ?

Une formation post-permis de conduire pour réduire le délai du permis probatoire à partir de 2019


Réduire l’implication des conducteurs novices dans les accidents de la route

Des conducteurs novices ont été impliqués dans 1 accident de la route grave sur 4 en 2016. En cause, la consommation de drogues ou d’alcool dans 20 à 25 % des cas, mais aussi « le phénomène de sur-confiance qui survient entre six mois et un an après l’obtention du permis probatoire de conduire et qui est la cause d’une mauvaise appréciation des risques et donc d’une accidentalité particulièrement élevée » explique la Sécurité Routière sur son site internet.

C’est pourquoi le Code de la Route prévoit désormais la mise en place d’une formation post-permis (sur décret du 3 aout 2018), qui sera proposée à ces nouveaux conducteurs, sur la base du volontariat, à partir du 1er janvier 2019.

« L’objectif de la formation post-permis est de susciter chez les conducteurs novices un processus de réflexion sur leurs comportements au volant et leur perception des risques au moment où ils acquièrent davantage d’assurance ».

La réduction de la période probatoire du permis de conduire à points avec la formation post-permis

Depuis 2003, selon que vous ayez obtenu votre permis en suivant une formation classique (20 h minimum en auto-école) ou en conduite accompagnée, vous n’obtenez vos 12 points sur votre permis qu’après 2 ou 3 ans de conduite, en récupérant 2 ou 3 points par an. Il s’agit du permis probatoire.

Bonne nouvelle, cette période probatoire sera réduite pour ceux qui se porteront volontaires pour la formation. « De 3 à 2 ans pour le titulaire d’un permis B traditionnel et de 2 ans à 1 an et demi pour un novice qui a suivi l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) (conduite accompagnée) pour la catégorie B », sous réserve de ne pas avoir commis d’infraction ayant pour conséquence un retrait de point.

« Cette possibilité nouvelle pour les conducteurs novices d’atteindre plus rapidement le nombre maximal de points sur leur permis en échange d’une réflexion concrète et personnalisée sur leur conduite est une véritable avancée. Elle participe, avec le concours actif des écoles de conduite, à la mise en place d’une nouvelle génération de conducteurs jeunes, matures et responsables », a déclaré Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la Sécurité Routière.

Quelle est la durée de la formation post-permis ? À qui s’adresse-t-elle ?

Cette formation post-permis sera dispensée collectivement, sur une journée de 7 heures, au sein d’un école de conduite « détentrice d’un label délivré ou reconnu par les services de l’État garantissant la qualité de son contenu ». Elle sera animée par une personne spécialement formée qui encouragera les échanges d’expériences entre conducteurs.

« Le contenu de la formation, élaboré par des spécialistes de la sécurité routière, fera l’objet d’un arrêté pour garantir un programme de formation homogène sur tout le territoire », précise la Sécurité Routière.

Cette mesure concernera uniquement les titulaires d’un premier permis de conduire (A1, A2, B1 ou B) et aura lieu précisément entre les 6e et 12e mois qui suivent son obtention à partir du 1er janvier 2019.