Passées À venir

Une plateforme de téléconsultations médicales mise en demeure par l'Ordre des médecins pour publicités « fallacieuses »

L’Ordre des médecins reproche à la plateforme Qare, qui propose un service de téléconsultations médicales en ligne, d’user de messages publicitaires trop ambigus et s’inquiète de la marchandisation de la télémédecine. Qu’en est-il ?

Le week-end du 15 septembre 2018, peu après l’annonce du remboursement des téléconsultations médicales par l’Assurance maladie, la société Qare a fait paraitre dans le Journal du Dimanche une publicité ayant pour titre « Satisfait et remboursé » à propos des services qu’elle offre. Un slogan qui déplait grandement à l’Ordre des médecins qui souhaite lutter contre « toute tentative de publicité commerciale et d’ubérisation ». Un point sur la situation.

Une plateforme de téléconsultations médicales mise en demeure par l’Ordre des médecins pour publicités « fallacieuses »


Un message ambigu de la part de Qare

Avec son slogan « Satisfaits et remboursés », la start-up Qare, une plateforme de télémédecine, suggère que « les téléconsultations médicales sont remboursées (...) comme les consultations effectuées en cabinet » et qu’elles s’intègrent dans le « parcours de soins » des patients, ce qui n’est pas tout à fait exact.

En effet, pour être remboursée dans les meilleures conditions par l’Assurance maladie, la téléconsultation « doit passer par le médecin traitant du patient », sauf lorsqu’il s’agit de circonstances exceptionnelles comme des consultations de spécialistes en accès direct comme les gynécologues ou encore les situations d’urgence. Ces conditions particulières sont par ailleurs rappelées sur le site internet de l’Assurance maladie.

La start-up de téléconsultations médicales mise en demeure par l’Ordre des médecins

La décision de mettre en demeure la société Qare a été prise lors d’une session plénière de l’Ordre des médecins « les 27 et 28 septembre » 2018, apprend-on dans un communiqué de l’Ordre.

Inquiet et désireux de lutter contre « toute tentative de publicité commerciale et d’ubérisation » de la médecine, il juge les publicités de la société « fallacieuses » et contraires aux règles d’exercice de la profession.

Qare se défend de vouloir « ubériser » la médecine

Pour répondre aux accusations de l’Ordre, le Dr Alexandre Maisonneuve, cofondateur de la plateforme de téléconsultations lancée fin 2017 en France, a indiqué à l’AFP que Qare collaborait avec une centaine de médecins libéraux et a reconnu que la publicité mise en cause pouvait prêter à confusion. Il a par ailleurs précisé que la société a « déjà prévu de cesser » la campagne de communication commerciale mise en cause.

« On aurait pu être plus adroit », a-t-il admis, estimant toutefois le terme « fallacieux » employé par l’Ordre des médecins « un peu fort ».

Il nie en outre la volonté de sa société d’aller vers une « ubérisation » de la santé en arguant travailler avec de « vrais médecins ».

L’Ordre des médecins n’en est par ailleurs pas à sa première attaque concernant les téléconsultations. En effet, en 2017, il avait déjà porté plainte contre une mutuelle « pour distorsion de concurrence » à cause de leurs publicités pour des téléconsultations.