Passées À venir

Une trottinette mal garée à Paris, c'est 35 € d'amende

À Paris, les trottinettes électriques en libre service sont souvent abandonnées sur les trottoirs. En plus de gêner les piétons, cela peut être dangereux. Afin de mettre un terme à ce type d’incivilités, la Mairie de Paris a décrété une « interdiction totale de stationner sur les trottoirs », sous peine d’amende. Détails dans cet article.
Sommaire

La multiplication des trottinettes électriques sur les trottoirs parisiens occasionne de nombreux accidents. Après la limitation de vitesse qui leur est désormais imposée, la Mairie de Paris compte maintenant s’occuper du problème de stationnement des trottinettes, souvent abandonnées en plein milieu des trottoirs. Les utilisateurs qui ne déposeraient pas leur engin sur les places de stationnement dédiées peuvent écoper d’une amende s’ils sont pris en flagrant délit.

Une trottinette mal garée à Paris, c’est 35 € d’amende


Obligation de garer sa trottinette sur les places réservées aux deux roues et aux voitures

On pouvait déjà être verbalisé pour stationnement gênant de trottinette depuis mars 2019, mais la Mairie de Paris vient de voter un arrêté plus restrictif. Plus aucun stationnement sur le trottoir n’est toléré.

Les utilisateurs de trottinette en libre service doivent désormais utiliser les places de stationnement dédiées aux voitures et aux deux roues pour laisser leur engin après utilisation, en attendant « la mise en place progressive d’emplacements dédiés ».

L’installation de « 2 500 [emplacements d’ici] à la fin de l’année » est prévue, a précisé la Mairie. Chaque emplacement pourrait permettre d’accueillir 6 trottinettes, soit un total d’environ 15 000 places de stationnement qui pourraient être créées un peu partout dans la capitale.

Le contrevenant pris en flagrant délit peut désormais être verbalisé

Jusqu’à présent, l’amende pour stationnement gênant de trottinette était systématiquement envoyée à l’opérateur. Mais depuis mardi 30 juillet 2019, les utilisateurs peuvent être verbalisés si les forces de l’ordre les voient abandonner leur trottinette de location au milieu d’un trottoir. L’amende est de 35 €.

En revanche, lorsque la trottinette est retrouvée mal garée, l’amende est envoyée à l’opérateur qui doit, en théorie, se charger de retrouver le contrevenant.

130 verbalisations auraient déjà eu lieu et plus de 110 mises en fourrière depuis fin juillet.

Les opérateurs préfèrent inciter leurs utilisateurs à bien se garer avec des bonus

Loin d’être favorables à des politiques trop répressives, les entreprises loueuses de trottinettes électriques préfèrent la pédagogie et aucune ne souhaite transmettre les amendes aux utilisateurs pour l’instant.

VOI désigne en tout 6 000 possibilités de stationnement à ses utilisateurs dans son application et leur octroie des bonus financiers lorsqu’ils s’en servent.

Lime a opté pour une autre stratégie : l’opérateur emploi une cinquantaine de « patrouilleurs », chargés de « repositionner les trottinettes mal garées », a indiqué son responsable Arthur-Louis Jacquier. Il a toutefois précisé que même si à ce jour l’entreprise n’a jamais « sanctionné un utilisateur », « si, dans le futur [il constate] que certains clients, de manière systématique, se garent mal [l’entreprise] serait éventuellement en mesure d’impacter cela sur les utilisateurs ».