Passées À venir

Alternance : les différents contrats possibles

Les entreprises font de plus en plus le choix de recruter un candidat en alternance pour renforcer leurs équipes. Pour quelles raisons ? Quels sont les contrats possibles ?
Sommaire

Dans le contexte de crise économique liée à la pandémie, l’État a mis en place un plan de relance facilitant le recrutement des alternants par les entreprises. Quels sont les avantages du recrutement d’un apprenti ? Comment vous y prendre ? Quel est le coût de l’alternance ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le recrutement d’un alternant.

Alternance : les différents contrats possibles



Pourquoi embaucher un alternant ?

Les entreprises ont souvent besoin de renforcer leurs équipes. Les alternants sont les candidats idéals. Ils présentent en effet l’avantage de :

  • faire face aux turn-over, relativement fréquents dans les entreprises ;
  • remplacer un salarié ;
  • faire face à un pic d’activité ;
  • le tout à moindre coût : l’alternant est en effet moins rémunéré qu’un salarié.

En accueillant un alternant, vous transmettez également le savoir-faire de votre entreprise et formez la relève pour préparer votre départ si vous approchez de la retraite.

Les différentes étapes pour recruter un alternant

Pour embaucher un alternant, les démarches sont simples.

La définition des besoins

Déterminez les contours du profil du poste qui sera occupé par l’alternant.

Le respect des conditions imposées par le ministère de l’Éducation nationale et de l’Agriculture

Le poste devra en effet être conforme aux conditions de formation. Ces points sensibles concernent notamment :

  • l’intitulé du poste ;
  • le niveau de qualification exigé ;
  • les activités confiées à l’alternant ;
  • la position de ce dernier dans l’organigramme de l’entreprise ;
  • les compétences requises ;
  • le lieu de travail ;
  • les conditions de rémunération.

La prise de contact avec un centre de formation ou la publication d’une annonce

Les écoles de formation sont en effet des viviers d’alternants. Elles pourront par conséquent vous aider à trouver la perle rare.

Il est par ailleurs possible de publier une annonce sur les sites d’offres d’emploi, sur un journal local ou sur les réseaux sociaux, afin que les candidats postulent librement. Essayez de rédiger une annonce qui donne envie aux jeunes de venir travailler dans votre entreprise. Mettez en avant vos atouts (rémunération, activités, horaires, etc.).

L’entretien d’embauche

Recevoir le candidat vous permet de juger de son aisance à l’oral, de sa prestance et de son respect des règles de l’éthique au travail. Vous évaluerez également son degré de motivation, vous échangerez avec lui sur son projet professionnel, sur ses compétences, ses qualifications, ses attentes et vos besoins.

Veillez à envoyer une réponse écrite aux candidats qui ne sont pas retenus. Il en va de la réputation de votre entreprise. Vous véhiculerez ainsi une image plus humaine en procédant de la sorte.

La déclaration d’embauche

Lorsqu’un candidat est retenu, vous devez signer une déclaration d’embauche qui fait état :

  • des équipements de travail ;
  • des qualifications du tuteur ;
  • et des modalités d’organisation de l’alternance.

Prenez connaissance du programme pédagogique, de la convention de formation, du code de formation, etc. Les écoles pourront vous communiquer ces documents et vous aider à constituer le dossier pour effectuer la demande de financement à l’OPCO (opérateur de compétences).

Les dates du contrat

La durée variera nécessairement en fonction du type de formation suivi. L’apprenant peut en effet être en :

  • contrat d’apprentissage : il encadre une formation diplômante. Les candidats sont âgés de 16 à 30 ans, sauf exception ;
  • ou en contrat de professionnalisation : il a une vocation qualifiante. Il est réservé aux jeunes de 16 à 25 ans, sauf exception. La durée du contrat peut être plus longue que celle de la formation.

La rédaction du contrat

Vous pourrez trouver les formulaires nécessaires sur le site du ministère de l’Intérieur ou en cliquant sur le lien :

Une fois encore, les écoles peuvent vous aider à y voir plus clair.

Certaines informations devront figurer sur le document :

  • sur l’entreprise : numéro de Siret, effectifs de votre entreprise, convention collective, caisse de retraite) ;
  • sur l’apprenti : CV, programme, convention ;
  • sur le tuteur ou son maître d’apprentissage : expérience professionnelle, nombre d’apprentis ou d’alternants qu’il encadre, diplômes.

Signez le formulaire et faites-le signer par l’apprenti (et par son représentant légal, le cas échéant).

Faites valider le contrat par le centre de formation.

L’envoi du contrat aux différents organismes concernés

L’organisme destinataire dépendra de la formation suivie par l’alternant : Chambre des métiers, OPCO, CCI. En ce qui concerne l’OPCO, le contrat doit être envoyé avant son entrée en vigueur, ou au plus tard dans les cinq jours ouvrables qui suivent.

Le choix du tuteur ou du maître d’apprentissage

L’alternant devra être formé. Dans le cadre d’un contrat d’apprentissage, son référent dans l’entreprise sera alors le maître d’apprentissage. Pour un contrat de professionnalisation, il s’agira d’un tuteur.

En tant qu’employeur, vous devez désigner le référent et le former, le cas échéant. Si la désignation d’un tuteur n’est pas obligatoire, contrairement à celle du maître d’apprentissage, elle est toutefois recommandée.

Le maître d’apprentissage doit justifier d’un diplôme ou d’un titre de niveau équivalent à celui visé par l’apprenti, et faire état d’une année d’expérience dans l’activité en question, et de deux années d’exercice dans le poste en lien avec la qualification préparée.

Quelles sont les aides de l’État ?

Depuis le 4 juin 2020, le plan de soutien à l’apprentissage permet aux entreprises de bénéficier d’une aide financière pour l'embauche d’un alternant.

L’aide de l’État peut se matérialiser sous forme d’une :

  • aide unique : Cette aide exceptionnelle est réservée aux diplômes dont le niveau est inférieur ou égal à un bac + 3 ;
  • exonération de cotisation sociale ;
  • déduction fiscale de la taxe d’apprentissage.

Le montant de l’aide dépend du nombre de salariés employés dans l’entreprise et de l’âge de l’alternant :

  • nombre de salariés : les entreprises de plus de 250 salariés devront embaucher au moins 5 % d’alternants pour bénéficier des aides ;
  • l’âge de l’alternant : l’entreprise percevra 5 000 pour un mineur et 8 000 euros pour un majeur.



Calculer le coût de recrutement d’un alternant

Pour calculer le coût de l’alternance pour une entreprise, il existe un simulateur gratuit sur le Portail de l’alternance.

En indiquant le type de contrat de l’alternant ainsi que le niveau de formation visé, vous obtiendrez des informations sur :

  • le coût salarial ;
  • le montant des aides de l’État.