Passées À venir

Divorcer par consentement mutuel : les démarches à réaliser

Comment divorcer à l'amiable sans juge ? Préparez la convention de divorce par consentement mutuel avec votre avocat
Sommaire

Divorcer par consentement mutuel, c’est lorsque les deux époux sont d’accord pour mettre fin à leur mariage et sur la répartition des biens. La procédure est plus simple et moins longue que celle à effectuer pour un divorce pour faute. Les époux n’ont plus besoin de rencontrer le juge depuis le 1er janvier 2017. Auparavant, celui-ci validait l’accord et prononçait le divorce.

Comment engager une procédure de divorce par consentement mutuel ? C’est ce que nous décrivons dans cette démarche.

Divorcer par consentement mutuel : les démarches à réaliser


Comment divorcer par consentement mutuel ?

Une fois la décision prise de divorcer, les époux doivent établir la liste de leurs désirs aussi bien sur le plan familial que financier.

Ils doivent s’entendre sur la résidence des enfants, l’organisation des droits de visite et d’hébergements, et le montant des pensions alimentaires.

Il est nécessaire d’établir la liste des meubles à partager.

Puis, il faut identifier le budget personnel de chacun comprenant les ressources et les charges.

    Ensuite, les époux doivent prendre contact avec un avocat chacun pour établir une convention. Si les époux sont propriétaires d’un ou plusieurs biens immobiliers, il est nécessaire de s’adresser à un notaire qui se chargera de la liquidation de leur régime matrimonial.

    La convention de divorce à soumettre au juge n’existe plus

    Auparavant les époux, par intermédiaire de leurs avocats, soumettaient leur convention de divorce à l’amiable au juge aux affaires familiales (JAF). Celui-ci entendait les époux séparément puis ensemble avec leur avocat. Dès lors que les époux s’entendaient sur le principe du divorce et sur ses conséquences, le rôle du JAF se résumait à s’assurer de la volonté commune des époux de divorcer. Il veillait également à la préservation des intérêts de chacun.

    Depuis le 1er janvier 2017, les choses ont évolué. Les époux n’ont plus besoin de passer devant le JAF pour divorcer à l’amiable. L’homologation de la convention de divorce peut être constatée par un simple acte sous seing privé signé par les deux parties et leurs avocats et enregistrée chez un notaire. Vous avez 15 jours pour éventuellement changer d’avis à partir du moment où la convention est envoyée chez le notaire.

    L’homologation de la convention par le JAF est néanmoins maintenue dans trois cas :

    • pour la demande d’un mineur à être entendu
    • quand l’un des époux est sous tutelle ou curatelle
    • pour toutes les demandes déposées avant le 1er janvier 2017

    Coût du divorce à l’amiable

    Le coût du divorce par consentement mutuel sans juge varie selon les honoraires de l’avocat. Comptez autour de 1 000 à 2 000 €.

    Si vous disposez de faibles revenus, vous pouvez demander à bénéficier d’une aide juridictionnelle.

    Le dépôt de la convention de divorce chez un notaire coûte 50 €.