Passées À venir

Comment faire une simulation de pension de réversion ?

Utilisez le simulateur dédié à la pension de réversion pour estimer le montant auquel vous avez droit. Mode d'emploi.
Sommaire

La perte de son conjoint est une épreuve qu’il n’est jamais plaisant d’envisager. Pourtant, le décès fait malheureusement partie des événements de la vie parsemés de nombreuses démarches administratives. Et c’est précisément le genre de choses qu’il vaut mieux anticiper. À ce sujet, le saviez-vous ? Les personnes veuves peuvent, dans certains cas, bénéficier d’une pension de réversion.

Comment faire une simulation de pension de réversion ?



Qu’est-ce qu’une pension de réversion ?

Tous les régimes de retraite prévoient cette possibilité : verser au conjoint survivant une partie des droits à la retraite du cotisant décédé. C’est ce que l’on appelle le principe de la réversion. La pension de réversion fait cependant l’objet de diverses conditions, que nous allons détailler ensemble.

Les conditions pour en bénéficier

La première condition indispensable pour bénéficier de la pension de réversion est le mariage. En effet, cette indemnité n’est accessible que si le conjoint est, ou a été marié, avec le cotisant décédé. Les situations de concubinage ou de pacte civil de solidarité (Pacs) n’ouvrent pas droit à la pension de réversion.

D’autre part, pour prétendre à une pension de réversion, il est nécessaire d’avoir au moins 55 ans. Ce critère, lié à l’âge, est abaissé à 51 ans si le conjoint est décédé avant 2009. Les conjoints plus jeunes peuvent, quant à eux, faire, sous certaines conditions, une demande d’allocation veuvage. Cette démarche ne les empêchera pas de solliciter une pension de réversion une fois l’âge minimal atteint.

L’accès à la pension de réversion se fait également sous conditions de ressources. En 2023, le plafond est fixé à 23 441,60 euros brut par an pour une personne seule, et à 37 506,56 euros brut par an pour une personne en couple.

Attention cependant, ces conditions concernent le régime général des salariés et des travailleurs indépendants. Les autres régimes de retraite impliquent certaines spécificités. Par exemple, si le défunt était fonctionnaire, les conditions d’âge et de ressources s’annulent, mais les conditions de mariage se durcissent.

Bon à savoir : la pension de réversion est due au conjoint survivant même si le cotisant décédé n’était pas encore à la retraite.

Le montant

Le montant de la pension de réversion varie selon les situations. Il est de :

  • 54 % de la retraite dont le défunt affilié au régime général bénéficiait ou aurait pu bénéficier, dans la limite de 11 877,84 euros par an ;
  • 60 % de la retraite dont le défunt affilié au régime complémentaire Agirc-Arrco bénéficiait ou aurait pu bénéficier ;
  • 50 % de la retraite dont le défunt fonctionnaire (dans la fonction publique d'État, territoriale ou hospitalière) bénéficiait ou aurait pu bénéficier.

À ces derniers, peuvent s’appliquer d’éventuelles majorations ou minorations.




Simuler votre pension de réversion

Au regard de la spécificité de chaque situation, il est toujours difficile d’estimer précisément ses droits. Bonne nouvelle, il existe un outil de simulation en ligne. Proposé par les services publics et accessible gratuitement, il permet d’évaluer plus en détail le montant de votre pension de réversion.

Comment en faire la demande ?

Vous souhaitez obtenir une pension de réversion ? Sachez que cette indemnité n’est pas versée de manière automatique. Pour y prétendre, il est nécessaire d’en faire la demande sur le site info-retraite.fr. Une fois connecté à votre espace personnel, vous devrez remplir un formulaire numérique. Cette démarche fonctionne, quel que soit le régime de retraite concerné. Des pièces justificatives vous seront demandées, telles qu’un RIB, la copie du livret de famille ou des actes de naissance.

Si vous n’êtes pas à l’aise avec les nouvelles technologies, pas de panique, il est également possible d’imprimer le formulaire papier disponible ci-dessous.

 

Redacteur
Maëlys

Après des études de lettres, mais également une expérience dans le domaine du social, Maëlys en est revenue à son intérêt premier : les mots. Parce que manier la plume fait partie de ses petits péchés mignons, elle exerce aujourd'hui comme rédactrice web. Sa mission ? Vous transmettre toutes les informations pour effectuer sereinement vos démarches administratives !