Passées À venir

Comment les parents employeurs peuvent déléguer le versement du salaire de leur nourrice en utilisant Pajemploi + ?

L’ensemble des démarches de rémunération des nounous peut désormais être délégué à l’URSSAF, et ce, sans avancer les frais des aides sociales. Explications.
Sommaire

Le nouveau service Pajemploi est désormais opérationnel depuis le 25 mai dernier, comme l’a officiellement annoncé Christelle Dubos, secrétaire d’État. Il simplifie considérablement les démarches des parents, mais aussi celles des assistantes maternelles.

Comment les parents employeurs peuvent déléguer le versement du salaire de leur nourrice en utilisant Pajemploi + ?


Un service plus simple

Le nouveau service Pajemploi est désormais à la disposition des parents employeurs. Ceux qui le souhaitent peuvent donc activer le Pajemploi + pour simplifier les démarches de rémunération avec leur assistante maternelle ou leur nounou à domicile.

Grande nouveauté, grâce à Pajemploi + les parents bénéficiant du CMG (Complément de libre choix du mode de garde) n’auront plus d’avance de frais à réaliser. En effet, le CMG est une aide octroyée par la CAF ou la MSA pour assouplir la rémunération versée par les familles, aux assistantes maternelles. Jusqu’à présent, elle était versée directement sur le compte des parents employeurs. En 2018, le gouvernement avait annoncé que 800 000 foyers avaient perçu cette aide, représentant pas moins de 5,3 milliards d’euros.

Comment fonctionne le Pajemploi + ?

Avant toute chose, les parents employeurs doivent activer le service en se rendant sur leur espace membre. Ils sont ensuite invités à réaliser leur déclaration mensuelle entre le 25 du mois en cours et le 5 du mois suivant, en renseignant les heures travaillées par leur salarié(e).

C’est ensuite l’URSSAF qui prend le relais en prélevant le montant du salaire (après déduction du CMG) sur le compte des parents employeurs, pour le verser directement sur celui de l’assistante maternelle. Ainsi, cette transaction évite les problèmes de trésorerie pour l’employeur. Le CMG est versé par la CAF ou la MSA directement sur le compte de l’assistante maternelle.

Attention, les employeurs comme les salariés doivent renseigner leurs informations bancaires sur le site de l’URSSAF pour que les transactions puissent être effectuées.

Bon à savoir : le dispositif Pajemploi + ne peut être mis en place que par les parents utilisant déjà Pajemploi et seulement après accord commun entre les parents employeurs et l’assistante maternelle salariée.

Ce qui change

Avant Pajemploi +, les parents devaient avancer la totalité du salaire de leur garde d’enfant, et attendre le remboursement de la CAF ou la MSA. Ce montant, souvent important, mettait à mal l’équilibre financier de certaines familles. Le dispositif Pajemploi + permet donc de ne pas avancer le salaire complet, mais de ne verser que la part après déduction du CMG. Ce complément étant directement versé à l’assistante maternelle, par l’organisme concerné.

Pajemploi + permet ainsi plus de transparence et de flexibilité aux parents employeurs. De plus, les délais de versements des salaires sont réduits à 2 jours après la déclaration, contre 15 auparavant. L’URSSAF se charge également des démarches de recouvrement en cas d’impayé.

Que ce soit du côté des employeurs comme du côté des salariés, les points positifs sont nettement avantageux.



Comment s’annonce l’avenir de Pajemploi + ?

Après 2 semaines d’activité, pas moins de 40 000 parents employeurs ont activé le dispositif Pajemploi +. Pour Christelle Dubos, il s’agit d’un succès.

À compter du 1er janvier 2020, le prélèvement à la source sera également mis en place pour cette profession et l’URSSAF prendra en charge son reversement et son prélèvement.

Pourquoi un tel changement ?

La profession d’assistante maternelle est en déclin depuis quelques années. Les crèches, bien moins chères, attirent de plus en plus les parents souhaitant faire garder leurs jeunes enfants.

Simplifier les démarches administratives et financières peut être un levier pour encourager certaines personnes à occuper la profession d’assistante maternelle. Il fallait passer par la modernisation des procédés pour tenter de relancer le développement de la profession.