Passées À venir

Cordées de la réussite : un appui à l'orientation des collégiens et lycéens

Les Cordées de la réussite offrent à de nombreux collégiens et lycéens la possibilité de bénéficier d’un suivi pédagogique adapté et d’être accompagnés dans leurs projets d’orientation.
Sommaire

Le dispositif des Cordées de la réussite s’adresse aux collégiens et lycéens. Cette mise en réseau des établissements a pour objectif de lutter contre l’autocensure et d’aider les élèves à construire leur propre parcours de réussite via un programme d’accompagnement à l’orientation. Explications.

Cordées de la réussite&nobreak&: un appui à l’orientation des collégiens et lycéens



Qui peut bénéficier des Cordées de la réussite ?

Les collégiens en classe de 4e ou 3e, ainsi que tous les lycéens des établissements encordés sont éligibles. L’idée est de susciter l’ambition scolaire et de favoriser l’égalité des chances. Les élèves ne font pas l’objet d’une sélection et les Cordées de la réussite sont accessibles à tous, même en ayant des résultats scolaires faibles. Une continuité du suivi de chaque élève est assurée. Ce dispositif est inclusif, il est ouvert aux élèves en situation de handicap.

Dans un premier temps, les chefs des établissements encordés informent de l’existence de ce programme d’accompagnement, pour ensuite constituer un groupe d’élèves volontaires. Les équipes pédagogiques sont présentes pour en discuter avec les familles et encourager les élèves intéressés ou ceux qui n’osent pas se lancer. Les collégiens et lycéens ont jusqu’à fin septembre pour s’inscrire.

Chaque année, une semaine nationale des Cordées de la réussite a lieu en janvier. Elle permet de faire connaître les cordées au plus grand nombre, par le biais d'actions de communication, de nombreuses conférences, de rencontres, ainsi que divers ateliers.

Des actions d’accompagnement

Les Cordées de la réussite aident de nombreux élèves à bâtir un parcours d’orientation pour une insertion professionnelle dans de bonnes conditions ou pour la poursuite d’études supérieures après le baccalauréat. Certains élèves font l’objet d’un tutorat par un étudiant, ou d’un parrainage par des professionnels du secteur public ou privé.

Les équipes éducatives travaillent sur différentes actions d’accompagnement qui s’adaptent en fonction de chaque élève et de son projet d’orientation. Des actions de découverte donnent la possibilité à ceux qui en ont besoin de s’ouvrir à de nouveaux secteurs professionnels et à de nouveaux lieux. Elles permettent aux élèves de changer leur regard sur certains secteurs d’activité et de lutter contre les stéréotypes de genre dans divers corps de métiers.

Des actions d’ouverture culturelle et sociale sont mises en place, avec des activités pour apprendre à bien s’exprimer en public et gagner en confiance en soi. Par exemple, ils peuvent visiter des musées ou participer à des conférences. Pour ceux qui sont en voie professionnelle, des actions d’accompagnement sont proposées pour les aider à préparer l’évaluation du chef-d’œuvre. Il en est de même pour les futurs bacheliers qui bénéficient d’un coup de pouce pour s’entraîner au Grand oral du bac. Des actions d’éducation aux médias et aux usages du numérique sont également possibles.

Tous les établissements sont-ils encordés ?

Tous les établissements scolaires ne sont pas encordés. Pour demander l’adhésion d’un collège ou d’un lycée, le chef d’établissement doit contacter le référent académique. Ensuite, il est mis en relation avec d’autres établissements déjà engagés dans la cordée ou qui ont également pour projet de la rejoindre. Dans le cadre des actions d’accompagnement, des partenariats sont mis en place avec des entreprises, ainsi qu’avec des associations.

Les Cordées de la réussite reposent sur un partenariat entre plusieurs établissements, dont une « tête de cordée », qui peut être représentée par un lycée avec une STS (section de technicien supérieur) ou une section CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles), ou par un établissement de l’enseignement supérieur. Ensuite, on retrouve les établissements dits « encordés » qui sont des lycées généraux, technologiques ou professionnels, mais aussi des collèges.

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), ainsi que les cités éducatives sont prioritairement concernés. Il en est de même pour les lycées professionnels, ainsi que les zones rurales. En effet, les ambitions scolaires des élèves situés dans des zones isolées et loin des grandes villes sont souvent impactées par cet éloignement géographique.