Divorcer pour faute

Démarche mise à jour le 14-02-2017
Besoin d'aide ?
Nos opérateurs vous aident à réaliser vos démarches
0890 310 710 Service 0,80€/min
+ prix d'appel
Ouvert en continu de 9h00 à 17h00

 

Votre conjoint ne respecte pas ses obligations liées au mariage ? Vous avez la possibilité de demander le divorce pour faute. Quand et comment demander le divorce pour faute ? Comment se déroule la procédure ?  C’est ce que nous décrivons dans cette démarche.

Nos opérateurs vous aident à réaliser vos démarches
0890 310 710 Service 0,80€/min
+ prix d'appel
Ouvert en continu de 9h00 à 17h00

 

Divorcer pour faute

Quand demander le divorce pour faute ? 

Le divorce pour faute peut être demandé par une personne qui considère que son conjoint a manqué à son devoir marital.

La faute peut prendre différentes formes : infidélité, violences, injures, mauvais traitements, désintérêt pour la famille, abandon du domicile familial, non contribution aux charges du ménage.

  • C’est le juge qui apprécie librement si le motif invoqué rend le maintien de la vie de couple intolérable.
  • Il est donc nécessaire de prouver la faute par tout moyen : témoignages, certificats médicaux, attestations, lettres, main courante. La preuve de la faute incombe à l'auteur de la demande de divorce.

Comment faire la demande de divorce pour faute ? 

Comment se déroule la procédure ? 

La tentative de conciliation : la première étape

Après le dépôt de la requête, le juge convoque les deux époux à une audience de conciliation obligatoire avant toute action en justice. L’objectif de cette étape est d’essayer de réconcilier les époux ou de les mettre d’accord sur le principe et les effets du divorce.

Au terme de cette audience :

  • les époux parviennent à se réconcilier et la procédure prend fin.
  • les époux sont d’accord pour divorcer mais ne s’entendent pas sur les effets du divorce : le divorce est requalifié en "acceptation du principe de rupture du mariage" et non plus en "divorce pour faute".
  • les différentes tentatives de reconciliation sont un échec : la procédure se poursuit. Le juge rend une ordonnance de non-conciliation et peut mettre en place des mesures provisoires pour organiser la vie des époux au cours de la procédure de divorce (jouissance du logement, pension alimentaire, garde des enfants, désignation d'un notaire).

L’assignation ou la requête conjointe : la seconde étape

Suite à l’ordonnance de non-conciliation, l’époux qui demande le divorce a trois mois pour assigner son conjoint devant le tribunal de grande instance.

  • L’assignation est rédigée avec l’aide d'un avocat.
  • Elle doit être transmise à l’autre époux par l’intermédiaire d’un huissier de justice.

Autre possibilité de procédure : les époux peuvent décider d’un commun accord de déposer une requête conjointe.

  • Cette requête est également rédigée à l’aide des avocats et elle est directement transmise au TGI.

Notez qu'en cours de procédure de divorce pour faute, les époux peuvent se mettre d'accord sur un changement de la procédure. Ils peuvent alors s'engager vers une autre option :

Le jugement de divorce : la décision du juge

Le juge va prendre sa décision en fonction des preuves apportées.

  • Lorsque les preuves sont suffisantes, le divorce est prononcé. Les époux ne peuvent plus changer d'avis.
  • Le jugement peut être prononcé soit aux torts partagés des deux époux, soit aux torts exclusifs à l’égard de l’un des époux.
  • Le divorce prononcé aux torts exclusifs de l’un des conjoints peut le condamner à verser des dommages et intérêts à son conjoint.
  • Si, au contraire, les preuves ne sont pas suffisantes, le juge rejette la demande de divorce pour faute.
  • Vous avez un mois pour faire appel de la décision de divorce ou de rejet du divorce.