Passées À venir

Le baccalauréat général depuis la réforme

Le baccalauréat représente l’aboutissement des trois années de lycée et le passeport pour l’enseignement supérieur. Depuis la réforme, son organisation est repensée afin de mieux préparer les élèves et rendre à ce diplôme toute son importance.
Sommaire

Dès 2018, la suppression des filières L, ES, et S est envisagée au profit d’un nouveau programme composé d’un tronc commun agrémenté de spécialités. Avec l’ancien baccalauréat, le travail des élèves était évalué par de multiples épreuves en fin de cursus. Considérée comme peu représentative de l’implication des candidats, cette organisation est entièrement revue pour accorder plus de poids au contrôle continu. Elle permettra également d’assurer une meilleure insertion dans les études supérieures d’après le ministère de l’Éducation nationale. Quelles sont les nouveautés du baccalauréat ?

Le baccalauréat général depuis la réforme




Le programme des enseignements du baccalauréat

Le baccalauréat général depuis la réforme

Les élèves de première et terminale ont désormais plus de libertés dans la sélection de leurs enseignements. Un socle de culture commune est cependant obligatoire pour les lycéens et comporte les matières suivantes :

  • français ;
  • philosophie ;
  • histoire-géographie ;
  • enseignement moral et civique ;
  • deux langues vivantes ;
  • éducation physique et sportive ;
  • enseignement scientifique.

À ce tronc commun s’ajoutent trois spécialités dont l’une est validée en première et les autres en terminale. Il est ainsi possible de se construire un programme personnalisé selon les préférences et la poursuite d’études envisagée. Chaque établissement en propose un certain nombre parmi la liste définie par le ministère de l’Éducation nationale.

Un enseignement facultatif est également accessible en première, avec au choix une troisième langue vivante, langues et cultures de l’Antiquité, arts ou éducation physique et sportive. En terminale, un lycéen peut en cumuler deux et plusieurs autres options sont disponibles notamment les mathématiques expertes, les mathématiques complémentaires ainsi que droit et enjeux du monde contemporain. Les enseignements ne sont pas faciles à départager pour de nombreux lycéens et pourtant cette décision a un impact sur leur parcours après le baccalauréat. Afin de les aider et mieux les préparer à l’entrée dans l’enseignement supérieur, une heure et demie par semaine est dédiée à l’orientation.

La note finale repose sur deux aspects

Depuis la réforme du baccalauréat, le contrôle continu représente 40 % de la note finale : 30 % à partir des moyennes des évaluations communes et 10 % du livret scolaire. Les épreuves finales comptent donc pour 60 % dans la validation du diplôme.

Le contrôle continu

Le contrôle continu se divise ainsi entre la tenue des évaluations communes (30%) et la prise en compte du bulletin scolaire (10 %). Les évaluations communes (EC), anciennement évaluations communes de contrôle continu (E3C), sont effectuées au 2ème et 3ème trimestre de première et au 3ème trimestre de terminale. Les professeurs puisent dans une « banque nationale numérique de sujets », créée pour homogénéiser la difficulté de ces épreuves.

De plus, les enseignants ne corrigent pas les copies de leurs élèves. Elles sont anonymisées et remises à un confrère afin de garantir l’impartialité. Les langues vivantes du tronc commun sont évaluées pendant les EC à l’écrit avec un oral en terminale. Pour information, les EC ne peuvent dépasser 2 heures et se déroulent sur les heures de cours.

Par ailleurs, la note finale est basée à hauteur de 10 % sur le bulletin scolaire, une manière d’encourager la régularité.

Les épreuves finales

Les épreuves finales sont constituées d’une épreuve anticipée en première et de quatre épreuves en terminale. L’épreuve anticipée de français a donc toujours lieu en première à l’oral et l’écrit. En ce qui concerne les quatre autres épreuves en terminale, les épreuves de spécialité se déroulent après les vacances d’hiver, l’épreuve écrite de philosophie et le Grand oral se passent au mois de juin.

Le Grand oral, d’une durée de 20 minutes, est préparé depuis la classe de première et permet de montrer l’aisance à l’oral, qui est une qualité fondamentale dans le monde professionnel. Durant la première partie, le candidat s’exprime sur l’une des deux questions relatives aux enseignements de spécialité préalablement étudiées en classe. La seconde partie est un temps d’échange sur le même thème puis sur le projet d’orientation de l’élève. Les épreuves finales ne peuvent excéder 4 heures sauf en cas d’épreuve pratique.

Le calendrier des épreuves et commissions d'harmonisation

Le calendrier des EC est établi par le chef de l’établissement tandis que le calendrier des épreuves finales est publié en début d’année scolaire.

Les commissions d’harmonisation se tiennent en fin d’année de première et terminale. Les notes des EC sont tout de même délivrées aux élèves immédiatement mais pourront être légèrement modifiées à la suite de la commission.





Le déroulement des rattrapages

Une moyenne de 10/20 est nécessaire pour valider le baccalauréat. Rien n’est perdu pour les lycéens ayant obtenu une note finale supérieure ou égale à 8/20, mais inférieure à 10. Ils peuvent prouver leurs compétences au cours des rattrapages. Deux épreuves orales les attendent sur les épreuves écrites : le français, la philosophie, et les deux enseignements de spécialité. Si le candidat décroche une note supérieure à celle initialement obtenue à l’écrit, elle la remplace pour le calcul de la moyenne.